Cœur de harpie, M.O.N.S.T.R.E #1, Hervé Jubert.

monstre-coeur-de-harpie-hervé-jubert
Milo n’est pas tout à fait un adolescent comme les autres. D’une part, son père est multi-milliardaire. D’autre part, Milo a une véritable passion pour la mythologie, les créatures fantastiques et Chimera, un jeu en ligne qui reprend ces thèmes. Au sein du groupe M.O.N.S.T.R.E, Milo défait virtuellement les chasseurs de chimères, et s’érige en protecteur de ces créatures. Rien ne l’arrête ! 
Lorsque son père meurt, et qu’il hérite de l’empire financier, Milo sait que sa vie a basculé. Il ne s’attend certainement pas à retrouver les autres membres du groupe M.O.N.S.T.R.E chez lui, à Oxford. Ni à devoir protéger une véritable chimère en danger. Encore moins à être pris entre les feux des harpies et ceux des chasseurs. Et il est difficile de savoir qui, de la chimère ou du chasseur, est le plus dangereux…

MONSTRE est l’acronyme créé avec les initiales des membres du groupe : Milo l’Anglais, Onde la Française, Nathan l’Éthiopien, Sam la Québécoise, Takiko la Japonaise, Rolf le coureur des steppes et Émile l’Haïtien. Tous sont de fervents gamers, des pros de Chimera, leur jeu en ligne. C’est leur passe-temps favori, et une véritable complicité a fini par naître au sein de leur petit groupe.
Tout bascule dès l’instant où les membres sont mis en présence les uns des autres, et où ils comprennent que ce jeu repose sur un fond de vérité. Réel et virtuel s’entremêlent, les créatures mythiques envahissent la réalité, et les personnages se lancent dans une course contre de mystérieux adversaires.

Si les personnages sont de véritables pros de l’informatique, l’aspect jeu vidéo reste assez léger : quelques scènes au départ pour planter le décor, et on passe très vite à ce qui se passe dans la réalité. Inutile donc, de s’attendre à des tonnes d’aventures en ligne ! Il faut reconnaître que certaines péripéties semblent assez «faciles» : le regroupement des membres de MONSTRE, par exemple, même s’il est bien expliqué et justifié, ou la façon dont les garçons filent  à l’anglaise. Mais la fluidité du récit fait qu’on passe rapidement outre ce scénario pratique : Hervé Jubert narre cette aventure d’un style direct, incisif, et va droit au but. L’aventure est rondement menée, les décisions prises et appliquées avec rapidité. Non seulement on n’a pas le temps de s’ennuyer, mais en plus le rythme rapide fait qu’on suit l’aventure avec avidité.

Au fil des pages, on voyage beaucoup : Oxford, Italie, Bangkok, Nevada… L’auteur nous balade sur les traces du mystère laissé par Darius (ou autre) à notre fine équipe. Pas le temps de s’installer dans la routine, on décolle illico, et l’auteur sait varier ambiances et décor.

Sept personnages, sept tomes, sept aventures, sept créatures. Ce premier volume est donc consacré à Milo (en témoigne le M ouvragé du titre, que l’on retrouve dans le roman) et aux harpies. C’est un personnage intéressant : milliardaire (ce qui permet d’évacuer très vite les problèmes d’aspect financier dans l’aventure), mais terriblement solitaire : sa mère est partie, et son père, de son vivant, était toujours par monts et par vaux, et peu avec lui. Milo a certes une gouvernante et un majordome, mais ce n’est pas exactement la même chose qu’une famille aimante.
La psychologie des autres personnages est plus esquissée que celle de Milo, mais on peut déjà voir se dessiner telle ou telle personnalité ici et là. Ne reste qu’à attendre les tomes suivants pour les découvrir réellement !

En somme, Cœur de harpie est un tome introductif plus qu’intéressant: le décor est parfaitement planté, les personnages installés, et le ton du récit donné. Certes, c’est parfois un peu rapide ou facile, et on en aimerait plus sur la partie concernant les créatures fantastiques. Mais sachant qu’il reste six tomes à venir, celui-ci s’avère très satisfaisant. D’autant qu’il ne souffre ni de temps mort, ni d’une intrigue mal menée : c’est concis, efficace et l’auteur va droit au but. Que demander de plus ? Voilà donc une nouvelle série à l’actif d’Hervé Jubert, et c’est une série qui démarre vraiment bien !

 M.O.N.S.T.R.E #1, Cœur de harpie, Hervé Jubert. Rageot, 2014, 201 p.
8 /10. 

 

masse_critique

challenge-abc-imaginaire-2014-lectures-trollesques

 

challenge-52-semaines

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :

Artemis Fowl, un autre hériter esseulé qui part à la rencontre des créatures fantastiques !

4 commentaires sur “Cœur de harpie, M.O.N.S.T.R.E #1, Hervé Jubert.

  1. Acr0 dit :

    Héhé, on en pense la même chose 🙂 Dans ma chronique, j’ai abordé les mêmes aspects que toi, la facilité des aventures grâce à l’écartement des soucis financiers, les quelques prévisibilités qui ne gâchent pas notre lecture et le plaisir de rencontrer les chimères.

    J'aime

    • Sia dit :

      Oui, cette facilité financière m’a vraiment rappelé Artemis Fowl (même si au début ce n’est pas le cas) : ça a tout de même un côté extrêmement pratique ! J’espère que le tome 2 sera moins rapide et facile. 

      J'aime

  2. Solessor dit :

    Rien que pour la rencontre avec ces créatures mythiques, et le côté virtuel qui bascule dans la réalité, ça me donne bien envie. Quelques facilités apparentes, certes, mais le public de destination explique un peu cela aussi ! Je note !

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s