[2014] Petit bilan de mars.

Mars en bref : 2 bandes-dessinées chroniquées, quelques romans, et quelques rendez-vous et challenges honorés. Pour retrouver tous les articles, c’est là que ça se passe.

Carnet de lectures. 

Ce mois-ci a été l’occasion de lire quelques nouvelles, que je n’ai pas chroniquées. Tout d’abord, deux titres édités au Bélial’ : Je ne suis pas une légende, de Catherine Dufour et L’Homme de Paul J. McAuley.

Le premier est l’histoire de Malo : un travail peu enthousiasmant, une déprime profonde… C’est là que Malo rencontre son premier vampire. Avant de comprendre qu’il y en a d’autres. Beaucoup d’autres.
C’est une nouvelle assez sombre, mais c’est justement tout l’intérêt : on suit avec attention la lente décrépitude de Malo, son bref sursaut de reprise en main, puis la dépression, encore. Pas de lutte flamboyante ici – mais le titre l’annonçait. Plutôt un constat assez désabusé !

L’Homme, de Paul J. McAuley prend place sur une planète lointaine, dans un futur indéterminé : un type extrêmement bizarre est découvert (et je n’en dis pas plus). J’ai apprécié cet univers désolé (encore une fois), sur une planète globalement hostile et peu agréable. Encore une fois, c’est un univers assez sombre, mais l’histoire est bien menée et on se pose pas mal de questions tout du long.

Une candidate à la location d’un repoussoir ?

Dans un registre plus classique, j’ai lu Les Repoussoirs, d’Émile Zola, que je ne connaissais pas. Tout ça parce que j’ai eu en mains Belle-Époque, d’Elizabeth Ross, publié dans la collection R, et écrit sur l’inspiration de la fameuse nouvelle de Zola.
Celui-ci croque une agence parisienne visant à embellir les femmes (fortunées) sans leur ajouter aucun ornement : ni poudre, ni colifichet. Non, ce que l’agence propose, c’est de louer un repoussoir ; autrement dit, une jeune fille laide que la jeune femme de bonne famille pourra exhiber à son bras, de façon à embellir son propre minois, par contraste. C’est très bien mené et, comme souvent, le ton féroce fait mouche. Voilà une nouvelle à côté de laquelle il serait dommage de passer (d’autant que c’est vite lu).

J’ai donc, par la même occasion, mis le nez dans le fameux Belle-Époque, et abandonné assez vite : c’est écrit au présent (incompréhensible pour un roman historique, surtout se passant à cette époque-là), du coup le style et le vocabulaire sont peu adaptés. Par ailleurs, il n’y a aucune évolution : on découvre la protagoniste passant l’entretien, sans suivre sa désillusion à l’arrivée à Paris. Pire : les quelques chapitres que j’ai lus annoncent une gnangnanitude insupportable. En somme : ce titre n’est clairement pas fait pour moi.

Top & Flops. 

Mars a été l’occasion de faire quelques découvertes pour le moins enthousiasmantes !

dualed-elsie-chapman
Dualed
, d’Elsie Chapman, récemment édité chez Lumen, est une dystopie affreusement réaliste et très convaincante : pour une fois, on s’attarde vraiment sur la psychologie du personnage central, sur les ravages causés sur la population par le gouvernement liberticide, et l’héroïne est terriblement humaine : pleine de faiblesses, mais c’est un parti-pris original, à des lieues des poncifs du genre (héroïne surpuissante, etc.). Bref : une dystopie comme j’en rêvais, lassée que je suis des romances guimauve sur fond post-apocalyptique !

De l’autre côté de la nuit, de Mel Andoryss, qui a su me faire replonger en enfance grâce à un universles-enfants-d-evernight-1-de-l-autre-côté-de-la-nuit-mel-andoryss onirique, enchanteur, merveilleux, rappelant les contes de l’enfance, et porté par un plume très maîtrisée. L’intrigue se met doucement en place, certes, mais au profit d’un panorama qu’on ne peut se lasser d’admirer. L’adaptation de la bande-dessinée est extrêmement réussie, et je retournerai arpenter Evernight avec un immense plaisir dans le second tome !

planète-à-louer-yoss
Planète à louer
, de Yoss, qui sous des aspects futuristes parle à la perfection de Cuba aujourd’hui : le portrait est caustique, au vitriol, l’auteur ne laisse rien passer, mais c’est fait subtilement et avec une grande maîtrise. Le propos est dur, mais le bouquin prenant et excellent : une lecture indispensable !

Incroyable, mais vrai : aucune grosse déception ce mois-ci ! Seulement un léger désappointement à la lecture de la version revisitée de Blanche-Neige de Philippe Bonifay, puisque le dessin ne m’a pas passionnée.

Du côté des challenges. 

Mars a vu se faire 4 lectures pour le challenge des 52 semaines ! J’ai complété les idées suivantes : le pistolet, les tours, le sang, et le personnage de dos
Le 21 mars, la session hivernale du challenge s’est achevée : le bilan des Fées d’hiver, regroupant toutes les lectures, est donc visible ici. On est également passés à la session printanière, autour des contes

Citations. 

« Ces yeux, fatigués de voir toute la misère de l’univers, la regardaient de telle façon qu’elle ne put que bredouiller, confuse, mais avec un calme dont elle ne se serait jamais crue capable :
– C’est vrai. Mais je pars, et vous restez. »
Planète à louer, Yoss.

« Tu n’empruntes que cet ouvrage, ou bien est-ce que je dois te faire livrer à domicile l’intégralité du rayon ?
– Juste celui-là, merci. Quand j’en prends trop, mon père me force à les rapporter.
Mme Lesser poussa un soupir rêveur.
– Lire un seul livre, c’est comme ne croquer qu’une seule chips, fit-elle remarquer d’un air docte.»
Wizards, Diane Duane.

Publicités

2 commentaires sur “[2014] Petit bilan de mars.

  1. Acr0 dit :

    Ah l’idée des repoussoirs est originale. J’imagine très bien le ton… J’ai beaucoup entendu parler de Planète à louer ; pour l’instant, je ne sens pas que lui et moi allons nous rencontrer bientôt ; quoique je pense le lire un jour.

    J'aime

    • Sia dit :

      J’ai trouvé l’idée des repoussoirs vraiment très bonne (si l’on peut dire), et Zola en parle vraiment très bien (ça finit même pas être drôle alors que le sujet ne s’y prête pas tant que ça !). Je recommande chaudement Planète à louer : j’étais extrêmement curieuse, vu que l’auteur est cubain, et je ne suis vraiment pas déçue du voyage. 

      J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s