Brèves de comptoir #20

Lundi : Pandore, c’est malheureusement terminé !

On le sait, le panorama éditorial n’est guère brillant et c’est la mort dans l’âme que certains éditeurs se voient obligés de resserrer leurs priorités. Ainsi, les éditions Le Pré aux Clercs ont annoncé l’arrêt de la collection Pandore, leur collection de romans destinés aux adolescents et aux jeunes adultes, ainsi que l’arrêt de la fiction, pour rester sur les livres illustrés. L’éditeur s’en explique ici.

Mardi : les éditions Lumen se lancent à la conquête du marché éditorial !

Ou le perpétuel renouveau de l’édition. Alors que lundi on apprenait la fin de Pandore, aujourd’hui marque la naissance des éditions Lumen.
Cette nouvelle entité (appartenant au même groupe que les éditions de manga Ki-oon) annonce pas mal de choses :
– des romans d’évasion et de divertissement jeunesse, adolescents et jeunes adultes
– des ouvrages édités en grand format, couverture souple, et pour environ 15€
– un travail spécifique des illustrations de couverture, fortement inspirées du cinéma, et présentant des aspérités de fabrication.
– des textes de qualité, une langue impeccable, des traductions fidèles ; en bref, une littérature jeunesse qui prend ses lecteurs au sérieux.

Quelques chiffres ? La structure prévoit 16 titres en 2014, dont 10 nouveautés.
Voici déjà les premières publications prévues :
Wizards,
Diane Duane, un roman de fantasy mêlant aventures et magie (6 mars).
Dualed
, Elsie Chapman, une dystopie (6 mars).
Widdershins, le pacte de la voleuse
, Ari Marmell, un roman de dark fantasy (3 avril).
Final Fantasy VII,
Kazushige Nojima, la novellisation du jeu multijoueur fantasy (3 avril).
Gardiens des cités perdues,
Shannon Messenger, à nouveau de la fantasy (15 mai)
King’s Game,
Nobuaki Kanazawa, la novellisation du manga dystopique (15 mai).

Rendez-vous le 6 mars en librairie pour les premiers titres !

Mercredi : Un an dans les airs, l’expo !

Vous connaissiez peut-être le très bel ouvrage Un an dans les airs, voyage dans la cité volante, illustré par Nicolas Fructus, écrit par Raphaël Albert, Jeanne-A. Debats, Raphaël Granier de Cassagnac et Johan Heliot, et édité chez Mnémos (mars 2013). Inspiré du roman de Jules Verne, le livre propose une vision steampunk de son univers.

Vous pouvez désormais la découvrir au musée Jules Verne de Nantes, du 18 janvier au 6 avril 2014 (visites guidées le dimanche à 15h).
L’exposition participe au projet du musée de mettre en avant l’inspiration et l’imagination verniennes, ainsi que l’appropriation de ces univers par des créateurs contemporains. Dans ce cadre, le musée avait également accueilli l’exposition de Didier Graffet, Mondes et voyages (2011).
À noter dans vos agendas : visite guidée avec Nicolas Fructus le 2 mars.

Vendredi : les finalistes du prix Bob Morane 2013-2014 !

Créé en 1999 par Marc Bailly, le prix Bob Morane rend hommage à l’un des personnages les plus emblématiques de la littérature populaire, sorte de super-aventurier débrouillard (sans fouet et sans stetson) : Bob Morane, créé en 1953 par Henri Vernes, s’est décliné en romans, bande-dessinées, série TV, dessin animé et jeu vidéo et explore tout à la fois les genres de la fantasy, de la SF, du thriller ou de l’espionnage. En bref, un personnage aux multiples talents et facettes.
À l’instar du personnage, le titre se réserve le droit d’opérer dans tous les genres littéraires.

Et voici la liste des auteurs et titres sélectionnés :

Romans francophones :
– Yal Ayerdhal, Rainbow Warriors (Au Diable Vauvert).
– Pierre Bordage, Chroniques des ombres (Au Diable Vauvert).
– Thomas Gunzig, Manuel de survie à l’usage des incapables (Au Diable Vauvert).
– Johan Heliot, Françatome, (Les éditions Mnémos).
– Jean-Philippe Jaworski, Même pas mort, (Les Moutons électriques).

Romans traduits :
– Paolo Bacigalupi, Ferrailleurs des mers, (Au Diable Vauvert, traduit par Sara Doke)
– Project Itoh, Harmonie, (Panini books, traduit par Christophe Cuq)
– Stephen King, Docteur Sleep, (Albin Michel, traduit par Nadine Gassie)
– China Miéville, Kraken (Fleuve Noir, traduit par Nathalie Mège)
– Christopher Priest, Les insulaires, (Denoël, traduit par Michelle Charrier)
– Rod Rees, Hiver, le demi-monde T1, (J’ai Lu, traduit par Florence Dolisi)

Nouvelles :
– Nina Allan, Complications (Tristram)
– Jean-Pierre Andrevon, Demain le monde (Le Bélial)
– Thomas Day, Sept secondes pour devenir un aigle (Le Bélial ;pour l’ensemble des nouvelles inédites du recueil)
– Luvan,  Cru (Éditions Dystopia)
– Michel Pagel, «Cosplay», in Bifrost 71 (Le Bélial)

Coup de cœur  :
– Jean-Pierre Andrevon, 100 ans et plus de cinéma fantastique et de science-fiction (Éditions Rouge Profond)
– Didier Graffet/Xavier Maumejean,  Steampunk, de vapeur et d’acier (Le Pré aux Clercs)
– Régis-Antoine Jaulin, Le Dit de Sargas (Mnémos)
– L’anthologie numérique gratuite  Walrus Institute  (et les éditions Walrus pour défendre le genre inédit en numérique)
Le Passager Clandestin pour sa collection de nouvelles SF, « Dyschroniques »

On connaîtra les noms des lauréats début mars !

Dimanche : les finalistes du prix Masterton !

Créé lui aussi par Marc Bailly, en l’an 2000, le prix Masterton rend hommage à Graham Masterton, auteur réputé de thrillers et romans d’horreur. Son œuvre est marquée par les images fortes, des thématiques passionnantes, et un important travail de ré-interprétation des mythes et légendes anciens, ce qui fait qu’il allie parfaitement divertissement et réflexion dans ses romans.
Le prix récompense uniquement des œuvres relevant du fantastique.

Et voici les finalistes de l’édition 2014.

Romans francophones :
– Serge Brussolo, Lina et la forêt des sortilèges (Michel Lafon)
– Anne Duguël, Truc (Rivière Blanche)
– Jess Kaan, Créature du miroir (Les Lucioles)
– Anthelme Hauchecorne , Âmes de verre (Midgard)
– Frédéric Livyns, Danse de sang (Val Sombre)

Romans traduits :
– Lauren Beukes, Les Lumineuses (Presses de la Cité, traduction de Nathalie Serval).
– Craig Di Louie, Homeland of the dead (Panini, traduction de Sandy Julien)
– Richard Kadrey,  Sandman Slim (Denoël, traduction de Jean-Pierre Pugi)
– China Miéville,  Kraken (Fleuve Noir, traduction de Nathalie Mège)
– V. M. Zito,  L’homme des morts (Orbit, traduction de Patrick Imbert)

Nouvelles :
– Franck Ferric, Dernière semaine d’un reptile (Éditions du Riez).
– Anthelme Hauchecorne, Punk’s not dead (Midgard)
– Luvan, Cru (Dystopia)
– Anna Starobinets, Je suis la reine (Mirobole ; traduction de Raphaëlle Pache)
Ténèbres 2013
(Dreampress)

Les lauréats seront également annoncés début mars.

Publicités

10 commentaires sur “Brèves de comptoir #20

  1. Cerise dit :

    Bah merde alors, je suis un peu en deuil pour ta brève du lundi…

    J'aime

    • Sia dit :

      Ouais bah pareil, je suis franchement blasée :/ En plus tous les titres sont hyper alléchants, je comprends pas que le lectorat ne suive pas (c’est comme avec les séries qui s’arrêtent, en fait).

      J'aime

  2. Flora dit :

    Oh non, quelle déception pour Pandore… C’est vraiment dommage mais mieux vaut s’arrêter que couler, bien sûr. En revanche, les éditions Lumen m’intriguent, vivement mars pour voir ça !

    J'aime

  3. Camille dit :

    Oh bah le seul roman que j’ai lu dans la collection Pandore était nul! J’ai fais une mauvaise pioche?

    J'aime

  4. Camille dit :

    « La dernière lame » d’Estelle Faye. Ce n’était pas abouti du tout! Ce n’était pas cohérent! C’était trop bizarre! 

    J'aime

  5. Solessor dit :

    Oh non, Pandore… 😦 J’en ai eu de très bons échos aussi, et un certain nombre de leurs titres m’appelle furieusement !

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s