[2013] Petit bilan d’octobre.

Comme tous les mois, les titres chroniqués et autres articles du mois se retrouvent ici.

B.D., mangas et bulles : quelques bons titres ce mois-ci !

selection-bd-octobre

Tout d’abord, j’ai découvert l’adaptation en roman graphique de la série jeunesse Quatre sœurs, de Malika Ferdjoukh, qui raconte l’histoire de cinq sœurs, de 23 à 11 ans, livrées à elles-mêmes dans la grande maison familiale, suite au décès prématuré des parents. La série était excellente, l’adaptation l’est aussi. Au texte de Malika Ferdjoukh s’ajoutent les délicieux dessins de Cati Baur, et le rendu est excellent : à découvrir !
J’ai relu le premier cycle de la série L’Épervier, de Patrice Pellerin, une B.D. historique narrant les aventures rocambolesques d’un corsaire du roi, au XVIIIe siècle : mystères, découvertes, aventures trépidantes au programme, j’adore. Le dessin de Patrice Pellerin est très réaliste, et sied tout à fait à l’histoire. Si j’ai relu ces 6 premiers tomes, c’était uniquement pour mieux embrayer sur le second cycle, qui s’ouvre avec La Mission : au passé trouble de Yann de Kermeur s’ajoute une nouvelle enquête, directement donnée par le roi, et le tome retrouve la fougue du premier cycle – même s’il est assez introductif. Tout cela me donne excessivement envie de lire le tome 8 !
J’ai terminé la série Blacksad, avec les tomes 3 et 4 : dessin fouillé, intrigues soignées, cette B.D. est un gros coup de cœur. Bonne nouvelle : le tome 5 sort en novembre !
Ce mois d’octobre a également été le moment de renouer avec le manga, et la série Ikigami (chronique ici).


Le Carnet de lecture
:

Au rayon jeunesse :
Écoute-la, Sarah Dessen.
Annabelle a tout pour elle : une famille aimante, deux sœurs superbes, des bonnes notes à l’école… elle est populaire, et elle est aussi mannequin ! Vraiment tout pour plaire. Mais Annabelle souffre d’une profonde solitude, surtout depuis que sa meilleure amie Sophie est fâchée à mort avec elle, et répand des ragots sur son dos. Reléguée avec les parias du lycée, elle se retrouve à côtoyer Phil, un colosse malcommode, passionné de musique, et d’une franchise confondante. Annabelle, de son côté, travestit la vérité pour faire plaisir aux autres. On ne saurait imaginer caractères plus opposés ; et pourtant …
J’ai démarré Écoute-la avec une nette appréhension, à cause de la mention «Pour déchiffrer l’amour…» sur la première de couverture. Et finalement, Écoute-la est une très bonne surprise ! Tout d’abord parce que la romance est loin, très loin d’être le point central du récit. L’auteur se concentre sur la psychologie – tourmentée – de ses personnages. Annabelle, ainsi, a des problèmes avec la vérité, en raison d’un secret qui la ronge et qu’elle ne peut se résoudre à laisser apparaître. Dans sa famille parfaite, ce n’est pas rose non plus : ses sœurs aînées, mannequins aussi, sont parties à l’université, et l’une des deux souffre de graves troubles alimentaires – ce que tout le monde se refuse à voir, évidemment. Phil, de son côté, a un léger problème avec son contrôle de l’agressivité. Au final, Sarah Dessen livre un roman très sensible, extrêmement juste, loin des clichés et des facilités qu’on aurait pu craindre. Mieux : elle traite de nombreux sujets qui incitent à la réflexion; Écoute-la est un roman adolescent très réussi !

infiltrés-laurent-queyssiInfiltrés, Laurent Queyssi.
Adam n’a qu’une passion : l’informatique. Il adore se faufiler derrière les pare-feu, protections et autres barrières virtuelles. Lorsque son ami Greg le met au défi de percer les boucliers du site de la CIA, Adam n’hésite pas longtemps et relève brillamment le défi. C’est là que les ennuis commencent… Enlevé par de mystérieux hommes armés, sauvé par les services secrets, on exige de lui, en contrepartie, d’agir sur le terrain …  Au programme de ce roman d’espionnage jeunesse : de belles voitures, des jolies filles, des gadgets dignes de James Bond, une aventure palpitante. La plume de Laurent Queyssi est fluide, très accessible, le récit entraînant. Voilà une aventure d’espionnage pas comme les autres idéales pour des vacances !

Freak City, Kathrin Schrocke.
freak-city-kathrin-schrockeMika vit dans un monde « normal » : ses potes, sa frangine envahissante, la musique, sa copine Sandra… laquelle veut faire « une pause ». Léa vit dans un monde semblable : sa meilleure amie Franzie, sa famille difficile, le ciné, ses sorties au Freak City. À une différence près. Léa est sourde.
Freak City, c’est un roman très réaliste sur l’adolescence et les adolescents, avec d’intéressantes pistes de réflexion, sur le handicap  – en général, la surdité en particulier- mais aussi sur la famille, l’amour, ou l’amitié. Le texte est vivant, bien écrit, cohérent, réaliste, plein d’humour, et subtil : le seul regret tient à sa brièveté. Mais cela reste un très bon roman ado !

Et du côté de la rentrée littéraire 2013 :

Le Quatrième mur, Sorj Chalandon.
1982, Liban. Pour honorer une promesse faite à un mourant, Georges quitte Paris, sa femme, sa fille en bas-âge, pour Beyrouth, dans le chaos de la guerre. Tout ça pour tenir la promesse faite à Sam, celle de monter Antigone d’Anouilh, de faire jouer la pièce sur la ligne de démarcation, par des acteurs pris dans les différentes factions. Voler deux heures à la guerre, en prélevant dans chaque camp un fils ou une fille pour en faire des acteurs et rassembler ces ennemis sur une scène de fortune, entre cour détruite et jardin saccagé. Georges s’embarque pour cette trêve poétique, la main tendue à la paix. Et la guerre lui offre brutalement la sienne en retour.
Le Quatrième mur est un récit âpre, violent, puissant, sans concessions. On est très loin du récit édulcoré et plein de bons sentiments dénonçant les affres de la guerre : non, Le Quatrième mur est dur, cru, terriblement réaliste et d’une violence inouïe. Il n’en reste pas moins un roman époustouflant, à lire absolument !

Le reste n’était franchement pas transcendant, et restera inconnu au bataillon !


Top & Flops !

Et voici les très bonnes surprises du mois (hors celles du Carnet de lecture ci-dessus) :

big-easy-ruta-sepetysBig Easy, de Ruta Sepetys.
La Nouvelle-Orléans, années 50 : Josie Moraine n’a pas une vie facile mais entend bien se battre jusqu’au bout pour réaliser son rêve, celui d’entrer à l’université !
J’avais déjà beaucoup aimé Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre, du même auteur, et Big easy a également été une remarquable découverte : chronique de quartier, fiction historique, roman noir mâtiné de romance, tableau d’une époque, formidable message d’espoir, Big Easy est un roman très authentique, fin, intelligent.


Lettre à mon ravisseur
, Lucy Christopher. lettre-à-mon-ravisseur-lucy-christopher
La lettre, c’est celle que Gemma écrit à Ty, l’homme qui l’a kidnappée dans un aéroport et qui la séquestre en plein désert. Le thème est rare, traité de façon originale, et avec une grande subtilité ; un roman fascinant, poignant, passionnant, un vrai coup de maître.

Les Fuyants, Robison Wells.
les-fuyants-de-maxfield-academy-robison-wellsBenson pensait avoir échappé à la Maxfield Academy… et il avait tort. Suite immédiate des Variants – on retrouve Benson quelques instants après la fin du premier tome – Les Fuyants met en scène les aventures des ex-élèves de Maxfield à l’extérieur de l’enceinte ; du danger, des mystères, une machination, et de sombres secrets, voilà le programme. Le récit est dynamique (voire survolté), il n’y a aucun temps mort. On regrettera cependant de rester un peu dans le flou : la fin est très ouverte, ce qui permet au lecteur de s’imaginer lui-même les conséquences des découvertes de Benson (et elles sont terrifiantes) mais on ne cracherait pas sur un troisième tome !


Citations.


«Je me suis protégé les yeux pour embrasser le paysage du regard. Comme elle était vaste, cette vue. Jamais je ne pourrai me la rappeler correctement. Comment peut-on se rappeler quelque chose d’aussi grand ? Le cerveau n’est pas conçu pour des souvenirs de cette taille. Il est fait pour des trucs comme les numéros de téléphone, la couleur des cheveux d’untel ou d’untel. Pas l’immensité.»
Lucy Christopher.

«-Comment c’était, l’école ?
Ma mère était dans la cuisine en train de touiller une tonne de guacamole. La masse avait une couleur vert poisson, et l’évier disparaissait sous une montagne d’écorces d’avocats. 
– Oui, dis-je, comme si c’était la réponse logique à sa question. 
Elle leva les yeux au plafond.
– Oh là là ! Pas tant de détails ! Un petit résumé aurait suffi.»
Kathrin Schrocke.

«- Vous êtes un monstre.
– Merci. Cela signifie-t-il que j’ai droit à une augmentation ?
– Seulement à une médaille. Le budget n’est pas inépuisable.»
Orson Scott Card.

«Sa voix de théâtre avait une autre voix Elle chuchotait la soie des mots.»
Sorj Chalandon.

Publicités

5 commentaires sur “[2013] Petit bilan d’octobre.

  1. Camille dit :

    ah! Encore un beau bilan!!

    J'aime

    • Sia dit :

      *fait à l’arrache* Mais je suis contente, j’ai découvert que des trucs chouettes ce mois-ci (sauf deux-trois titres que j’ai lus en diagonale tellement ça me passionnait pas du tout) !

      J'aime

  2. Kimysmile dit :

    Très chouette bilan 🙂

    J'aime

  3. […] Queyssi (auteur du très chouette polar Infiltration) propose la version audio de sa nouvelle Comme un automate dément reprogrammé à la mi-temps, […]

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s