[2013] Petit bilan de juin.

Allez, zou, les lectures de juin. Comme toujours, les lectures chroniquées et les autres articles se trouvent ici.

Côté B.D., ce mois-ci, j’ai lu les tomes 5 et 6 de Cross Fire, de Pierre-Mony Chan et Jean-Luc Sala. Le tome 5 m’a semblé un peu plus mou que les quatre premiers, mais le 6 relève le niveau, même si les dessins ne sont pas toujours au top. Une série très divertissante !

 cross-fire-5-l-éternité-ne-suffit-pas-pierre-mony-chan-jean-luc-sala     cross-fire-6-rien-que-pour-vous-dieux-pierre-mony-chan-jean-luc-sala

Par ailleurs, j’ai découvert la série Les Ombres du Styx, d’Isabelle Dethan, un auteur dont j’apprécie beaucoup le travail. J’ai retrouvé le style d’Isabelle Dethan, avec grand plaisir ; l’enquête nous plonge dans l’Antiquité romaine, tout en explorant les coutumes égyptiennes. Tout cela m’a rappelé Sur les terres d’Horus, toujours d’Isabelle Dethan, que j’avais également beaucoup appréciée.

Le Carnet de lecture.

Dans le carnet de lecture, j’évoquerai les divers titres non chroniqués que j’aurais pu lire dans le mois.

 Ce mois-ci, j’ai découvert quelques romans jeunesse que je n’ai pas chroniqués. Il y avait Sous la piscine, de Justin d’Ath. Il narre l’histoire de Wolfgang, adolescent désœuvré vivant à New Lourdes, ville miraculeuse s’il en est : une dizaine d’années auparavant, l’eau de la piscine de New Lourdes s’est inclinée, et forme désormais une pente.
Wolfgang travaille à l’accueil de la piscine et s’ennuie à mourir. Il fait alors la connaissance d’Audrey, une jeune femme aveugle de trois ans son aînée. Peu à peu, les deux jeunes gens vont se lier d’amitié, et Wolfgang va peu à peu glisser dans l’univers fantasmagorique d’Audrey.
Dans l’ensemble, j’ai apprécié ce roman, même si j’ai trouvé que l’aspect fantastique était ou trop présent, ou trop peu accentué (au choix). Les thèmes (l’amitié, l’exclusion, l’adolescence) sont très bien traités, ce qui fait de Sous la piscine un bon roman pour ados.

J’ai également découvert Ma vie toute pourrie, de Jenny Smith. Ce roman jeunesse déroule la vie de Sam Wallis, 13 ans, dont la vie est fort peu agréable : sa meilleur amie, Gemma, vient de déménager dans les îles Hébrides, et la rentrée ne s’annonce pas rose du tout, malgré les tee-shirts humoristiques que Sam affectionne. Alors, lorsqu’elle flashe sur un nouveau, qu’une amie d’enfance refait surface et que la peste des pestes lui pourrit la vie, on se doute que rien ne s’arrange vraiment.
Ma vie toute pourrie est un roman extrêmement drôle, optimiste, et qui donne la pêche : c’est un vrai concentré de bonne humeur. Le ton reste volontairement enthousiaste, malgré les thèmes pas toujours faciles qui sont abordés (harcèlement, drogue, crise d’adolescence, recherche de son identité …), et le tout sans fausse bonne humeur. Bref, on s’amuse beaucoup, et les choses sont dites avec subtilité : magistral ! Un très bon roman jeunesse.

   

Ce mois-ci, j’ai fourré mon grand nez dans un recueil de nouvelles pour ado : Silhouette, de Jean-Claude Mourlevat. J’avais lu Terrienne, du même auteur, qui m’avait plu. Silhouette m’a carrément enchantée ! Le recueil propose 10 nouvelles, toutes cruelles à leur manière. Elles racontent l’histoire de personnages ordinaires, mus par des élans particuliers, qui leur vaudront quelques situations fort peu agréables. C’est glauque, mais c’est proprement génial. De plus, ça se lit extrêmement vite, et on attend désespérément la chute, dont on sait qu’elle sera (forcément) affreuse, mais formidable.

Et pour terminer avec le rayon jeunesse, j’ai découvert l’album Le Yark, de Bertrand Santini. C’est l’histoire d’un monstre qui mange les enfants, mais seulement les enfants sages, parce que les garnements lui collent des maux d’estomac. C’est un conte moderne plein d’humour noir, très drôle, bien écrit (avec beaucoup de rimes), et de superbes dessins. À mettre entre toutes les mains (à partir de 6-7 ans).

    

Et côté adultes, j’ai lu Au lieu-dit Noir-Étang, de Thomas H. Cook. Un roman noir se déroulant à Chatham, et narrant la drôle d’histoire s’étant déroulée dans l’établissement scolaire. Le récit est fait par la voix d’Henry, témoin privilégié de l’affaire. Le récit est tout en avances et retours dans le temps, car Henry, adulte, replonge dans son passé, et dévide le fil des événements. Mais le fil est emberlificoté, et on ne sait pas tout de suite où on se trouve, car il va et vient dans le temps. Ainsi, la conclusion funeste est connue depuis le départ, mais le cheminement n’est pas immédiatement évident. L’ambiance, sombre, romantique, et échevelée est exquise : on lit avec plaisir, et on est saisi d’une sorte de sentiment d’urgence, car on veut savoir où l’auteur nous emmène. Un roman noir très agréable, au charme un peu désuet, mais terriblement efficace.

Passons maintenant aux top et flop du mois.

Parmi les excellentes découvertes (hors les titres non chroniqués que je viens de présenter), il y a eu pas moins de deux coups de cœur, et un presque coup de cœur.

quelques-minutes-après-minuit-patrick-nessQuelques minutes après minuit, de Patrick Ness.
On suit l’histoire de Conor, 13 ans, dont la maman est très malade, et qui voit toutes ses nuits hantées par un monstre cauchemardesque, venu lui raconter des histoires, en échange de la vérité de Conor. Le style est simple et direct, mais le tout est extrêmement bien écrit : c’est subtil, onirique, et émotionnellement très fort. Un livre à mettre entre toutes les mains !
Oraisons, de Samantha Bailly.
En Heldérion, la mort peut rapporter beaucoup ; notamment à la famille Manérian, chargée des oraisons funèbres oraisons-samantha-baillydes défunts. Lorsqu’on retrouvre le corps de Mylianne, leur plus jeune fille, le fragile équilibre de la famille : l’aînée, Noony, se retrouve aux premières loges d’une guerre sans merci tandis qu’Aileen, la cadette, enquête sur la mort de sa sœur. Le roman est très ambitieux, bien écrit, et d’une incroyable richesse (d’autant que l’auteur n’avait que 21 ans lorsqu’elle l’avait écrit). De la très bonne fantasy française !
spark-mission-nouvelle-terre-2-amy-kathleen-ryanSpark, d’Amy Kathleen Ryan.
Tome 2 de Mission Nouvelle Terre : la situation est toujours aussi critique à bord de l’Empyrée. Le premier m’avait beaucoup plu, le second encore plus. Malgré un petit manque d’explications scientifiques, les thèmes sont hyper intéressants et bien traités. Il est donc question de manipulation, d’idéologie, de terrorisme, le tout dans un roman bien écrit, entraînant, et très surprenant. Une bonne pioche, j’attends le tome 3!

Côté flop, ce mois-ci, j’ai malheureusement eu plusieurs titres : tout d’abord, les deux tomes de Balefire, de Cate Tiernan : Le Calice du vent, et Cercle de cendres. Pourtant, le départ était prometteur : des jumelles, de la sorcellerie, et la Nouvelle-Orléans en toile de fond. A part la Nouvelle-Orléans, rien n’est bien approfondi, et c’est dommage.
J’ai également lu Reste avec moi, de Jessica Warman, qui m’a déçue : c’est l »histoire d’une jeune fille qui commence par mourir, et reste sur terre en tant que fantôme, afin d’enquêter sur sa propre mort. Dommage, car le concept n’est vraiment pas assez poussé, on devine tout de suite comment ça va terminer et, globalement, c’est un peu ennuyeux.

Et pour finir, quelques citations, glanées au fil des pages.

«- Mon frère Ryan joue de la guitare avec un copain, ai-je dit. Mais ils ne font pas partie d’un groupe. Ils parlent souvent d’en monter un, mais ça ne va pas plus loin.
– Il y a des tas de gens qui ne jouent jamais ailleurs que dans leur chambre, a observé Dan. Il n’y a pas de mal à ça. Le principal, c’est de jouer. La musique, ça nourrit l’âme. »
Jenny Smith. 

«Ce serait pourtant mentir de dire que je me suis remise. Je repense tellement à ce jour-là, et j’ai encore l’impression que c’était hier. Il y a des souvenirs qui ne vous abandonnent jamais, qui vous poursuivent malgré vous. Quand j’étais jeune, j’avais des larmes sans chagrin.
A présent, j’ai un chagrin sans larmes.»
Samantha Bailly.

«- J’imagine que le papillon existe vraiment ? fit-elle à travers son chapeau.
– Bien sûr qu’il existe.
– Décrivez-le moi.
Il s’humecta les lèvres.
– Il est principalement marron et crème avec des motifs sinueux orange et blanc… Pardon, c’est dur de décrire un papillon sans parler des couleurs.
– Je n’ai aucun problème avec les couleurs. Épargnez-moi votre condescendance.
Wolfgang sentit le rouge lui monter au visage. Elle était différente des autres aveugles – différente en tout cas de ce qu’il s’était imaginé.
– Ses ailes sont refermées, dit-il, abaissant doucement ses deux mains rassemblées en cloche, une de chaque côté du papillon, ce qui fait que je peux voir le dessous. Mais avant ça – lorsqu’il volait -, il m’a semblé principalement jaune et noir.
– Il est grand comment ?
– Environ soixante-dix, soixante-quinze millimètres de large.
Elle écarta le pouce et l’index, comme pour en imaginer l’envergure.
– C’est grand pour un papillon ?
– Plutôt, répondit-il, le regard attiré par les ongles décolorés de la jeune fille. Il a quatre parties pointues à l’arrière, comme un genre de Queue d’hirondelle.
– Bizarre. Un papillon avec une queue d’oiseau.
– Désolé, je ne suis pas très fort en explications. La Queue d’hirondelle est un type de papillon. Avec deux espèces de queues sur les ailes arrières – mais deux seulement, pas quatre comme celui-ci.
– Je vais vous confier un secret, fit la jeune fille. Ce n’est pas la peine de me parler si fort. Je suis aveugle, pas sourde.»
Justin d’Ath. 

Publicités

3 commentaires sur “[2013] Petit bilan de juin.

  1. Lelf dit :

    Vraiment bien envie de découvrir le petit recueil de Mourlevat, c’est le genre d’ambiance qui me plaît. Oraisons m’intrigue beaucoup aussi, mais je vais commencer ma découverte par Ce qui nous lie suite à la promo numérique ^^ Contente pour ton coup de coeur (qui a été aussi mien) sur Quelques minutes après minuit ^^

    J'aime

    • Sia dit :

      Aaah, ce petit recueil de Mourlevat, c’est une perle d’humour noir et grinçant, c’est sordide, j’adore !! Je te souhaite de mettre la main dessus ! Pour Oraisons, j’ai été bluffée, et ça me donne très envie de découvrir Ce qui nous lie. Et Quelques minutes après minuit, c’est grâce à toi que je l’ai découvert et ton coup de coeur !

      J'aime

  2. […] De la même auteure : Les Ombres du Styx, Le Maître de l’Éternité (1) ; Les Ombres du Styx, Vox populi (2) […]

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s