TTT#3 : Les 10 livres qui vous ont le plus exaspéré

Le TTT, kesskeucé ?

Le TTT est un petit rendez-vous hebdomadaire, fixé au mardi, et qui consiste à faire un petit top 10, d’où son nom : Top Ten Tuesday. On y parle, de préférence, de sujets en rapport avec les livres, ou la lecture.
Initié sur la blogosphère anglosaxonne par The Broke & the Bookish, il a été repris en français par Iani.

Comme le mardi, c’est ravioli journée chargée, il n’est pas rare que mon propre top ten (quand j’y participe) se décline suivant les jours de la semaine – et donc cette semaine,c’est vendredi – vendreday en bon anglais, comme chacun sait.

TopTenvendreday

Cette semaine, donc, un petit récapitulatif des livres les plus agaçants. Il y a quelques mois, j’avais participé au TTT des personnages les plus énervants : il y aura donc des recoupements. Oui car, qui dit « personnage énervant » dit aussi parfois « livre super-énervant » – mais pas toujours, c’est une chance. Et depuis, j’ai découvert d’autres agaceries, donc il y aura quelques nouveaux titres. Encore une fois, un petit top du classement le moins pire à la première place, histoire de faire durer le faux suspens.

 

10. Alors, à la dixième place, nous avons :
Le Dernier hiver, de Jean-Luc Marcastel.

le-dernier-hiver-marcastel

De quoi ça parle ? D’une France post-apocalyptique, plongée dans le froid et la neige, peu à peu phagocytée par des pins-vampires (si, si). Là-dedans, un jeune blanc-bec désagréable et son indécrottable romantique de frère décident de se lancer dans un périple glacé sous les arbres carnivores, à la recherche de la dulcinée du premier.
Long, chiant, répétitif, porté par des personnages qui m’ont agacée au plus haut point, je dois dire que c’est une lecture que j’ai eu du mal à mener, surtout en raison d’un certain nombre de scènes totalement inutiles ou incohérentes. Il est à la dixième place car, malgré tout, l’écriture était assez poétique et travaillée (quoique très répétitive), et il y avait tout de même de bonnes idées.

9. Damnés, de Lauren Kate.

damnés-lauren-kate

 

De quoi ça parle ? D’une ado un peu paumée en centre de redressement, qui se retrouve propulsée dans une guerre entre anges déchus un poil revanchards. Forcément, elle s’amourache de l’un d’eux (ou plus si affinités), sinon, c’est pas marrant.
L’ambiance initiale n’est pas mal du tout, mais le semblant de suspens ne tarde pas à disparaître complètement. C’est long, trop lent à se mettre en place et quand, enfin, on fait mine de nous donner des infos, c’est reculer pour mieux sauter, vu que la conversation (et le livre) s’achèvent sur un : « Non mais je te raconterai plus tard ». Super, mais ce sera sans moi.

8. L’Épée de Vérité, de Terry Goodkind.

la-première-leçon-du-sorcier-l-épée-de-vérité-1-terry-goodkind

 

De quoi ça parle ? D’un beau gosse bûcheron (et célibataire, comme c’est pratique) qui sauve une belle inconnue (très belle, intelligente… et célibataire, la vie fait bien les choses) des griffes de terrifiants assassins. Il découvre rapidement qu’il est amené à accomplir un destin unique et glorieux, à sauver le monde (et à se marier et à avoir plein d’enfants avec la donzelle qui est raide dingue de lui, cela va sans dire).
Seulement huitième ? Oui, parce que c’est un des premiers romans de fantasy que j’ai lu (une erreur de jeunesse) et que, pour être honnête, jusqu’au quatrième tome, cela tient encore à peu près la route. Le 5 est inutile, le 6 point trop mal, le reste à mettre au recyclage ou à la cheminée. Si seulement l’auteur pouvait se passer des longs discours chiants et moralisateurs ou des discussions inutiles qu’il semble adorer, ou encore des scènes inlassablement répétées (comme Kahlan qui manque de se faire violer à chaque tome, scène qui semble être le running gag de la série…), ce serait pas si mal. Mais il faudrait aussi penser à un poil plus de cohérence, d’intérêt pour l’intrigue, etc. etc. Je ne parle même pas des insupportables clichés, assemblés comme des perles sur un collier. Les doléances sont sans fin.

 

6è ex-æquo. La Princesse maudite, de Julie Kagawa et La saga du désir interdit, de Stephenie Meyer.

la-princesse-maudite-julie-kagawa

De quoi ça parle ? Le premier parle des aventures d’une lycéenne, brutalement propulsée dans le monde des fées, à la recherche de son petit frère et aidée en cela par Puck (le seul, l’unique !) et un prince elfe – célibataire, torturé et beau gosse, of course. Fatalement, elle tombe amoureuse de l’elfe… et gambade joyeusement en Faërie, accumulant les conneries et faisant étalage de sa profonde bêtise.
Le second parle d’une lycéenne (encore) qui fréquente un lycée sans histoires, lui-même fréquenté par une fratrie de beaux vampires. Dont un, notamment,  très beau (ah!),  célibataire (double-ah!), romantique et végétarien (ça aide, non ?).
Sixièmes ex-æquo car, s’il y a de bonnes idées là-dedans et d’intéressants postulats, la réalisation pêche clairement et les récits manquent de profondeur. Je ne parle même pas du style souvent sans relief. Dommage, car les débuts étaient prometteurs, et j’en attendais beaucoup.

5. Journal d’un vampire, Le Réveil, de L. J. Smith.

journal-d-un-vampire-1-l-j-smith

De quoi ça parle ? De l’arrivée d’un jeune et beau nouvel étudiant (et célibataire…) dans un lycée américain dont la reine est une jeune fille imbuvable, perpétuellement entourée d’un harem de fervents admirateurs. Choquée qu’il ne lui accorde pas le moindre regard, elle fait tout pour le draguer (et arrive à l’intéresser). Problème : le jeune homme est un peu mort, et son frère (méchant, très méchant) croquerait bien la donzelle…
Je suis arrivée à Journal d’un vampire après avoir vu le début de la série Vampire Diaries, que j’avais trouvée pas mal. Malheureusement, j’ai vite déchanté en lisant le début du roman. Terriblement mal écrit, creux, fade, mon désintérêt total est venu du fait que je mourais d’envie qu’il arrive un truc du genre violent et très définitif à l’héroïne, tant elle est insupportable.

4. Les Temps qui viennent, de Bérengère de Bodinat.

les-temps-qui-viennent-bérengère-de-bodinat

De quoi ça parle ? Bonne question. Un meurtre un peu bizarre, une nana encore plus bizarre appelée pour enquêter dessus. A ses côtés, un ex-enquêteur de la CIA, terrorriste repenti (mouais….), vaguement scientifique, et totalement à côté de la plaque, comme sa collègue. Le tout évolue peu (fort peu), et on patauge dans un vaste maelström de thèmes disparates.
Arielle de Thal est un personnage insupportable à suivre. Elle n’arrête pas de se lancer dans des digressions et il est difficile de trouver un quelconque intérêt à l’enquête ou à ses délires personnels. Dante n’est pas mieux. Malheureusement, le style de l’auteur n’aide pas non plus : c’est brouillon, confus, et le style trop métaphorique et volontairement (et insupportablement) pompeux rend le tout imbuvable.

3. Nuits d’enfer au paradis, collectif.

nuits-d-enfer-au-paradis-recueil

De quoi ça parle ? Essentiellement de jeunes filles (célibataires), du bal de la fin d’année, et des créatures surnaturelles qui peuvent s’y inviter discrètement – comme ça, en passant.
Quelle déconfiture. Je m’attendais vraiment à un petit recueil de nouvelles fantastiques sympa. Je n’aurais pas dû. Ces textes ne sont même pas des nouvelles : ni la forme ni le fond ne sont maîtrisés, et les récits sont insipides. Toutes les héroïnes méritent parfaitement les mésaventures qui leur arrivent, tant elles sont égocentriques, insupportables et niaises. Une lecture sans aucun intérêt, qui m’a agacée au plus haut point.

2. Dante, Les Gardiens de l’Eternité, d’Alexandra Ivy.

les-gardiens-de-l-éternité-alexandra-ivy

De quoi ça parle ? A vrai dire, j’ai un peu oublié, alors je vais me baser sur la quatrième de couv’. C’est l’histoire d’une nana sans histoire (mais mignonne et célibataire, hein) qui se retrouve l’enjeu d’une guerre sans merci entre vampires. A ce titre, elle se retrouve donc protégée par le très beau et très sexy (et très célibataire…) Dante, au charme duquel elle ne semble pas insensible – et vice-versa.
Je n’aime pas la romance paranormale. Au moins, ce livre m’aura fait découvrir ça. Oui, car voyez-vous, les histoires où les protagonistes ne sont pas capables de résister à leurs hormones en furie même quand ils sont poursuivis par de dangereux ennemis armés jusqu’aux dents, ça me tape rapidement sur le système. Une scène de coucherie toutes les 3 pages aussi. J’ai bien essayé de faire comme avec Merry Gentry, ne lire que l’enquête, mais force est de constater qu’il n’y en n’a même pas ici.

1. Et tout en haut du podium…… tadaaaaam !
Insatiable, de Meg Cabot.

insatiable-meg-cabot

De quoi ça parle ? De Meena Harper, dialoguiste pour une série minable, à qui l’on apprend que 1) la promotion qu’elle briguait lui échappe au profit de sa dinde de collègue 2) on va coller des vampires dans la série 3) les vampires, ça existe pour de vrai. Bien qu’elle les déteste, elle tombe inopinément dans les bras du (beau, ténébreux et… célibataire) prince des Ténèbres himself, et immédiatement après, sous le charme incroyable du beau gosse aux dents longues – lequel n’est pas non plus insensible aux charmes de la bécasse.
J’ai frisé un certain nombre de fois la crise d’apoplexie avec ce livre. C’est bien simple, si on ne me l’avait pas prêté, je lui aurais fait subir mille tortures pour me défouler de l’inanité du contenu. C’est nul, plat, insipide, et ça ose se prétendre inspiré du Dracula de Stoker – que l’auteur n’a, manifestement, jamais ouvert. Je n’évoque même pas le style, inexistant, l’intrigue inconsistante et les personnes niais au possible. Grosse grosse déconvenue.

 

 

Voilà pour ce petit top ten. Et vous, quels livres vous ont passablement agacé, récemment ?

 

Publicités

4 commentaires sur “TTT#3 : Les 10 livres qui vous ont le plus exaspéré

  1. Ivy Read dit :

    Aaah Insatiable ! Quelle horreur ce bouquin ! Si j’avais fait ce TTT il aurait églement eu une très bonne place sur le podium des livres exaspérants !

    J'aime

    • Sia dit :

      Affreux, n’est-ce pas ? J’ai détesté de bout en bout et j’ai regretté qu’il n’y ait pas d’ayant droits dans la famille Stoker pour s’insurger contre cette horreur ! Cela dit, j’ai quand même mis un point d’honneur à le terminer pour pouvoir dire que je n’avais pas aimé !

      J'aime

  2. Zina dit :

    J’ai testé Journal d’un vampire et je n’ai tout simplement pas pu aller au bout du 1er tome !!

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s