La Liste, Siobhan Vivian.

la-liste-siobhan-vivian

 

Il y a des traditions immuables au lycée de Mount Washington. Le bal de la rentrée, les cortège des Braves, les défis sportifs… rien que de très naturel. Et puis, il y la Liste. Celle qui paraît tous les ans, peu avant le bal.Personne n’a jamais pu empêcher qu’elle soit publiée. Personne n’a jamais su qui l’établissait. L’anonymat des auteurs garantit une parfaite objectivité ; ce que la Liste affirme devient la nouvelle réalité.
Ce que tout le monde sait, c’est que chaque année, elle propulse sur l’avant de la scène 8 filles, 2 pour chaque année. Les 4 plus belles filles et les 4 filles plus laides du lycée. La vie de ces 8 filles va brutalement le changer, peut-être pour le meilleur… mais surtout pour le pire.

La Liste. Ou comment semer facilement et rapidement la zizanie dans un établissement scolaire, surtout entre les filles.
Vu comme ça, on pourrait penser que ce roman est une histoire « de filles ». Eh bien, pas du tout. Car la publication de cette Liste va avoir des conséquences inattendues sur la vie de beaucoup d’élèves des deux sexes.
Les huit premiers chapitres sont consacrés à la présentation de chacune des filles dont le nom s’est retrouvé sur la liste – deux par niveaux, une distinguée comme « la plus jolie » et l’autre désignée comme « la plus moche » – et de leur entourage. Ces chapitres inauguraux s’attachent à montrer l’instant où elles se découvrent sur la liste et les conséquences immédiates de cette découverte. La suite du roman montrera peu à peu comment la situation se dégrade (car elle ne pouvait que se dégrader), et comment cela touche beaucoup plus de personnes que ce que l’on aurait pu croire au départ, entraînant une ribambelle de conséquences insoupçonnables.

Le projet est donc extrêmement intéressant car il peut toucher beaucoup de lecteurs, qui comprendront très bien de quoi il retourne. Pourtant, le fait que tout soit narré au présent donne une narration un peu plate et très monotone. L’auteur réussit à éviter le compte-rendu clinique, heureusement, mais le récit manque malheureusement un peu de relief. De plus, alors que la tension monte graduellement tout au long du récit, installant une sorte de malaise très prenant, la fin est extrêmement abrupte. Certes, la chute est excellente, car elle démontre les effets dévastateurs de cette fameuse liste et toute la vacuité du procédé, ainsi que la mesquinerie des préoccupations de chacun et chacune. Pourtant, j’aurais aimé une fin avec plus de piquant, quelque chose de plus grandiose, en quelque sorte. Là, on a quelque peu l’impression que le roman n’est pas tout à fait abouti, qu’il lui manque un petit mot de conclusion – d’autant qu’on ne sait pas exactement pourquoi chacune des filles a été choisie, il manque des explications.

Cela étant dit, les personnages sont bien construits et bien pensés. Chaque fille a une personnalité très attachante, même les petites pestes. En alternant les narrateurs, Siobhan Vivian nous permet de découvrir les pensées, émotions, ressentis de chaque fille, et leur réaction face à la liste. Il y a les flattées, les dépitées, les dures à cuire, celles qui jouent un personnage pour se montrer fortes… De ce point de vue-là, c’est très intéressant, car l’auteur offre un panel de réactions variées, détaillées, qui permettent de bien appréhender les multiples facettes des conséquences désastreuses de la publication de cette affreuse liste. En même temps, la tension s’installe, car l’intrigue s’étale sur une toute petite semaine, celle qui précède le sacro-saint bal de la rentrée. Évidemment, les relations des filles avec leur entourage se dégradant, la liste fait resurgir des histoires enfouies, des cauchemars inavoués et exacerbent (en gros) ce qu’il y a de pire en chacun de ces élèves, ce qui contribue à l’ambiance délétère qui règne sur le lycée. Parallèlement, on cherche également à savoir qui a bien pu établir le classement – bien que l’enquête reste assez superficielle, l’intérêt n’étant pas dans la découverte du coupable, mais dans le panorama du lycée.

La Liste permet d’aborder des sujets variés, typiques du lycée : beauté intérieure et extérieure, limite entre beauté et laideur, la perception par les autres, féminité et masculinité, diktat des apparences, anorexie, etc.  Mais tous sont  évoqués très superficiellement (puisqu’ils sont nombreux). Même si varié, cela reste trop bref, et quelques clichés se sont glissés dans les situations, ce qui est un peu dommage.

Avec La Liste, Siobhan Vivian propose un roman destiné aux ados des deux sexes, sur un thème peu facile à vivre, aussi peu facile à traiter en littérature. Elle s’en sort assez bien, malgré une fin un peu pâle comparée au corps du roman, mais il est dommage que tout n’ait pas été approfondi. Le sujet semblera certainement familier à bon nombre de lecteurs, ce qui fait de La Liste un roman adapté à un large public. Le roman invite à réfléchir sur les dérives de la vanité et de la superficialité, tout en restant divertissant et  agréable à lire.

 

La Liste, Siobhan Vivian. Nathan Jeunesse, avril 2013, 406 p.
6 /10

 

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :

 

hate-list-jennifer-brown

Publicités

8 commentaires sur “La Liste, Siobhan Vivian.

  1. Mypianocanta dit :

    Il est tentant pâr son sujet mais le traitement « ados » me fait un peu peur, d’autant que j’ai lu dans d’autres avis qu’il y avait des fautes de français assez présentes. Je vais voir avec ma bibliothèque 😉

    J'aime

    • Sia dit :

      C’était des épreuves non corrigées, donc j’ai préféré passer sous silence les fautes (j’espère qu’elles ont été corrigées pour l’impression finale) car, oui, il y en avait. Le traitement ado l’est au mauvais sens du terme : les thèmes sont trop peu approfondis, et il n’y a pas vraiment de « morale » de fin d’histoire ; je ne demandais pas une thèse, mais une vraie conclusion aurait été appréciable, et un semblant de positionnement aussi ! Si tu le trouves en bibli, en revanche, n’hésite pas !

      J'aime

  2. Pauline dit :

    Argh, tous ces avis, j’ai très envie de découvrir ce roman!

    J'aime

  3. Flora dit :

    Pas étonnant que certains ados se transforment en Carrie… Le sujet est intéressant, mais pas suffisamment pour m’accrocher 🙂 – surtout s’il y a des fautes, argh.

    J'aime

  4. Radicale dit :

    Déçue, pour les mêmes raisons que toi : bon point de départ, mais le reste ne suit pas complètement…

    J'aime

    • Sia dit :

      Et c’est bien dommage, parce que ça aurait pu clarifier plein de choses, et là le bouquin aurait eu un réel intérêt social. On reste trop dans le superficiel pour que ça ait un bon impact. 

      J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s