Les Sept pouvoirs de l’enchanteur, Merlin #2, T. A. Barron.

les-sept-pouvoirs-de-l-enchanteur-merlin-2-t-a-barron

En chassant l’esprit maléfique Rhita Gawr du trône de Fincayra, le jeune Emrys, qui a pris le nom de Merlin, a ramené l’espoir sur l’île enchantée. Mais Fincayra vit toujours sous la menace – et la première victime n’est autre que la mère de Merlin. L’adolescent n’a pas le choix : s’il veut la sauver, il doit maîtriser chacun des Sept Chants de Magie… et pour cela, affronter un ogre dont le moindre regard peut le tuer.

Second tome des aventures du jeune Merlin. Après avoir chassé le maléfique Rhita Gawr de Fincayra, Merlin se voit confier la Harpe fleurie, assorti de la mission de rendre leur vie aux Collines obscures, desséchées par le règne de Rhita Gawr.

Bien que le jeune homme soit censé être nettement plus mature, une de ses premières actions est de tâcher de retrouver sa mère, bien que tout le monde lui serine que cela risque de leur causer – à tous – beaucoup de tort, d’autant qu’il est chargé de refleurir le pays, une mission absolument capitale. Le jeune homme préfère n’en faire qu’à sa tête. Fatalement, l’arrivée de la mère de Merlin la plonge immédiatement dans un état grave, et sa mort est annoncée. Pour la sauver, Merlin devra acquérir sept pouvoirs, dont chacun est détenu par un peuple bien particulier de l’île de Fincayra – et laisser tomber la mission capitale dont il était chargé jusque-là. C’est un peu grossier comme ressort narratif…
On est donc partis pour une sorte de chasse au trésor grandeur nature, mais sans surprises, puisque le titre annonce d’ores et déjà qu’il réussira à s’approprier tous ces pouvoirs. Le procédé est un peu artificiel, et c’est dommage : il y a assez peu de suspens dans ce tome, et la quête n’est pas très entraînante, malgré l’urgence de la situation. Associé au manque flagrant de maturité du personnage, et son insupportable orgueil, cela rend le roman assez pénible.
D’autant que, comme dans le premier tome, l’intrigue se déroule très lentement, et souffre d’un manque de dynamisme certain, ce qui fait que la lecture s’avère  ennuyeuse par moments.

Tout cela avait tout de même une bonne raison : si Merlin est excessivement orgueilleux, arrogant et tout bonnement insupportable au départ, sa quête va le faire redescendre sur terre. Si, dans le premier tome, il était à la recherche de ses origines, celui-ci bascule totalement du côté du roman initiatique. Les sept chants représentent les sept étapes sur le chemin de la sagesse avant le défi ultime.
Au fur et à mesure de ses découvertes, les leçons de sagesse s’égrènent. Certaines se voient venir d’assez loin, et toutes sont empreintes d’un bon sens très marqué, ce qui fait que les jeunes lecteurs réussiront à s’en imprégner facilement. Au final, on obtient le guide pour être un parfait enchanteur… et, dans une moindre mesure, un parfait gentleman. Chaque réussite est marquée par l’apparition, sur le bâton de Merlin, d’un nouveau symbole, dont la forme change à chaque fois. C’est ludique, et motive les troupes.

L’intrigue s’accélère nettement sur la fin, et l’auteur fait des révélations fracassantes. Si certaines étaient prévisibles, d’autres prennent de court et donnent un tour nettement plus passionnant à l’intrigue. De plus, si le tome dispose d’une fin propre, l’auteur donne suffisamment d’éléments pour titiller la curiosité du lecteur en vue d’un prochain tome. De plus, T. A. Barron a glissé certains éléments bien connus de la légende. Ainsi, Merlin découvre une épée ancestrale ; une certaine prophétie lui apprend qu’un roi devra la tirer d’un rocher, bien des années plus tard. Voilà qui donne envie de savoir comment Merlin évoluera d’ici là, et s’il sera conforme aux diverses images qu’on lui a données.
Si ce second tome est un peu lent, et parfois ennuyeux, la partie initiatique est bien menée, et fait un peu évoluer le personnage. Entouré de ses acolytes, il progresse à la fois sur sa quête personnelle et dans la mission qu’on lui a fixée. Les révélations finales laissent supposer que l’auteur nous réserve encore de beaux éléments pour les tomes à venir. Espérons que la suite s’améliore vraiment.

 Merlin #2, Les Sept pouvoirs de l’enchanteur, T. A. Barron. Nathan Jeunesse, 2013, 326 p.
5 /10

2 commentaires sur “Les Sept pouvoirs de l’enchanteur, Merlin #2, T. A. Barron.

  1. Pauline dit :

    C’est vrai que ce deuxième tome bouge un peu moins mais j’avoue que je suis séduite par cet univers. Je viens de publier mon avis. Merlin vit des choses bien intéressantes, tout est agréablement ficelé, c’est vraiment un bon moment de lecture! Vivement la suite! ^^

    J'aime

    • Sia dit :

      Oui, ce n’est pas mal du tout, mais je m’attendais vraiment à quelque chose d’un peu plus trapu. Cela dit, je suis une lectrice patiente, peut-être les autres tomes seront-ils meilleurs !

      J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s