Le Voyage des âmes perdues, La Trilogie des Illumières #2, Neal Shusterman.

 

coupdecoeurla-trilogie-des-illumières-2-le-voyage-des-âmes-perdues-neal-shusterman

Suite à un tragique accident de voiture, Allie et Nick sont passés dans l’Éternéant, sorte de limbes où vont les âmes des enfants partis trop tôt. Là, ils rencontrent Mary Tourcéleste, reine autoproclamée des lieux. L’arrivée de Nick et Allie perturbe sérieusement l’ordre qu’elle a patiemment établi…
Alors que Nick et Allie ont défié son autorité et attaqué son quartier général, Mary organise la résistance. Après avoir lancé une campagne de diffamation contre Nick, désormais connu sous le nom de « L’Ogre en chocolat », elle réquisitionne un ballon dirigeable afin d’arpenter l’Éternéant et répandre la bonne parole. Allie, de son côté, tente de maîtriser les pouvoirs qu’elle s’est découverts… ce qui pourrait bien lui faire faire des découvertes surprenantes et à l’impact extraordinaire.

 

Dans ce tome 2, j’ai retrouvé tout ce qui m’avait beaucoup plu dans le premier tome. Neal Shusterman continue d’étoffer son univers, qui s’avère de plus en plus riche et fouillé. Des petits détails amènent de grandes découvertes, et cela donne la très agréable impression que tout a été soigneusement planifié, et l’ordre des découvertes savamment orchestré.

Mary n’a pas abandonné la mission qu’elle s’est fixée, loin de là, malgré les événements de la fin du tome précédent. De son côté, Nick est tout aussi buté et, l’un et l’autre vont (fatalement) s’opposer à nouveau. À côté de ces deux protagonistes, Allie erre dans l’Éternéant, toujours occupée à atteindre le but qu’elle s’est fixé dans le premier tome. On a donc deux opposants et, en marge, Allie-la-sans-Caste (dont on sait pourtant de quel côté elle penche).
Des trois, Allie est très certainement le personnage le plus touchant, le plus émouvant, en raison de son histoire personnelle, mais aussi en raison des valeurs qu’elle porte. C’est une jeune fille avec une haute conception de la morale, et qui prône la droiture. Neal Shusterman accomplit un tour de force : jamais elle n’est moralisatrice ou trop prêcheuse. Elle se contente d’être ce qu’elle est, et cela en fait un personnage particulièrement fort et rayonnant – une vraie réussite.
Nick et Mary, de leur côtés, ont quelques défauts (il fallait bien ça pour contrebalancer Allie), et se livrent une guerre sans merci, dans laquelle tous les coups sont permis. Bien que Mary soit la méchante de l’histoire, c’est aussi un personnage extrêmement fouillé, auquel l’auteur a apporté beaucoup de soin. On comprend fort bien ses démarches (même si elles sont condamnables) et c’est ce qui rend la lutte contre l’Ogre en chocolat si passionnante. Chacun est persuadé d’agir dans son bon droit, et tous deux luttent à grands coups de propagande, de rassemblements de troupes et autres levées de fond (c’est d’ailleurs assez drôle de voir les moyens que déploient ces adolescents pour parvenir à leur fin).

Tout cela donne un récit extrêmement dynamique et prenant. Lorsque la tension amorce une petite baisse, l’auteur sait placer un effet d’annonce qui relance le tout ; le suspens est très bien entretenu et, même lorsqu’une situation est résolue, on sent qu’il reste des choses à régler. Il est extrêmement difficile, du coup, de s’arrêter en fin de chapitre, tant on veut savoir la suite. D’autant que, cette fois-ci, l’action ne se situe plus seulement dans l’Éternéant. En liant la situation des limbes avec celle du monde des vivants, Neal Shusterman donne une nouvelle dimension à l’intrigue et lui donne un nouvel intérêt. Les enjeux deviennent colossaux.

On achève ce tome avec la sensation d’avoir dépassé un certain nombre de points de non-retour. La fin ne donne qu’une envie : mettre la main sur le tome 3, qui s’annonce très prometteur. Si vous aviez apprécié le premier tome, ce second tome ne peut que vous plaire ; si vous aviez trouvé le premier tome encore un peu faible, ce second tome devrait vous réconcilier avec cette trilogie. J’ai retrouvé ici tout ce que j’avais aimé dans le premier tome, et j’ai trouvé tout ce qui m’y avait manqué. Une superbe suite !

 

Dans la même série : L’Éternéant (1).
La Cité des âmes (3).

 

Le Voyage des âmes perdues, La Trilogie des Illumières #2, Neal Shusterman. Editions du Masque (Msk), 2013, 350 p.
9/10.

 

ABC-2013-Imaginaire

2 commentaires sur “Le Voyage des âmes perdues, La Trilogie des Illumières #2, Neal Shusterman.

  1. solessor dit :

    Après ta chronique du tome 1, je m’étais dit « l’idée me plait beaucoup, je dois absolument mettre la main dessus ». Maintenant, je suis convaincue qu’il me faut aller au moins jusqu’au tome 2 ! Bravo ! 😉

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s