Sérum, S1E1, Henri Lœvenbruck & Fabrice Mazza.

serum-loevenbruck-mazza

1773 : MESMER INVENTE L’HYPNOSE
1886 : FREUD INVENTE LA PSYCHANALYSE
2012 : DRAKEN INVENTE LE SÉRUM

Une injection.
Sept minutes pour accéder au subconscient d’Emily Scott.
Un carnet pour décrypter ses visions fantasmagoriques.
Quelques jours pour empêcher le pire.
Mais quand les morts suspectes se multiplient, le NYPD se pose une question : Arthur Draken est-il un psychiatre de génie ou un dangereux criminel ?

Sérum. Deux auteurs, une série policière, plusieurs saisons de 6 épisodes chacune. Si le concept vous rappelle celui des séries télévisées, c’est normal, c’est le principe, assez inédit en littérature. Autant le dire de suite, ce premier épisode ne m’a vraiment pas passionnée.

Pour commencer, la quatrième de couverture ne correspond absolument pas au contenu. L’hypnose n’est que très peu évoquée ici, cet épisode étant, en quelque sorte, le pilote de la saison, et le résumé valable pour l’ensemble des épisodes.
Dans ce premier épisode, donc, on suit simultanément plusieurs personnages. Tout d’abord, Emily, une jeune femme blonde et terrifiée, qui fuit un mystérieux adversaire, et se fait tirer dessus, en pleine tête, dans un parc de New York, ce qui la laisse amnésique et désemparée. Remarquez que la vie est bien faite, car elle survit à sa blessure. Mais là où ça se complique, c’est qu’elle n’a ni papiers, ni empreintes digitales et surtout, aucun souvenir de sa vie passée. Dur dur d’enquêter dessus.
Ensuite, Lola Gallagher, la détective chargée de l’enquête. Mère divorcée, ancienne alcoolique, flic exceptionnel, femme sublime et, bien sûr, empêtrée dans des situations compliquées, mais non moins intéressantes. Honnêtement, je pensais que ce genre de cliché était tellement éculé qu’on ne s’en servait plus. Ne fuyez pas encore en courant, c’est un des personnages les plus intéressants et les mieux campés (oui, parce qu’il y a quand même des points positifs dans cette lecture).
Dans une moindre mesure, on suit également le psychologue Arthur Draken, qui a tout du charlatan trempant dans des activités louches, mais toujours prêt – moyennant finances, évidemment – à aider son amie Lola. Bon, je ne vous spoile pas en vous disant qu’il a inventé un truc qui permet d’outrepasser les amnésies, c’est dans le résumé.
Ah, il y aussi les opposants, des types très mystérieux, qui complotent des trucs encore plus mystérieux et, de préférence, très dangereux. Généralement, ça me fait sourire mais, là, je les ai trouvé assez mal amenés et plutôt risibles. Dommage.

L’amie Lola écope donc de l’enquête sur la femme amnésique, et, puisqu’il n’y a aucun indice, rame sévère sur le dossier. C’est long, très très long, et il ne se passe pas grand chose ; l’enquête n’est pas vraiment survoltée, et le suspense pas si insoutenable. Comme dans toute série policière qui se respecte, on en apprend beaucoup sur la vie privée du détective ; ça n’amène rien à l’histoire, sauf la compassion qu’on est censée ressentir pour elle – et qui, autant le dire de suite, n’est jamais arrivée chez moi. J’ai même trouvé ça bien trop gros : entre la mauvaise nouvelle cataclysmique, le gamin très jeune mais forcément très mature, et le collègue voyeuriste qui fouille les emails et pille sans vergogne la vie privée de la détective, j’ai eu du mal à trouver tout ça crédible. Si, à la limite, il y avait eu un seul des ingrédients, pourquoi pas, mais là, ça en fait bien trop. Cela étant, même si Lola est un cliché ambulant à elle seule, je dois avouer que c’est le personnage que j’ai trouvé le plus consistant. La victime n’est pas mal non plus, mais force est de constater qu’on n’a pas grand-chose à se mettre sous la dent.

Côté intrigue, je l’ai dit, le suspens n’est pas vraiment insoutenable : certes, il y a un mystère, mais le tout n’est pas très dynamique, probablement à cause du récit extrêmement court. Cet épisode souffre de son état de pilote : très peu de pages, une intrigue très dense et à peine esquissée, et trop de choses à mettre en place. Tant et si bien qu’à la fin, on en sait à peu près autant qu’au début. Les opposants, de leur côté, à force de vouloir sembler mystérieux, paraissent un peu grotesques et forcés, donc peu crédibles.

Cela étant, l’idée de la bande-son accompagnant la lecture est intéressante et originale, de même que le contenu en ligne (pas toujours pratique, mais pourquoi pas). Malheureusement, ça ne suffit pas à rendre le tout passionnant, d’autant que le style est assez inégal.
L’épisode pilote de cette nouvelle série ne m’aura donc pas emballée ; peut-être parce que le tronçonnage de l’intrigue la rend moins intéressante. Quoi qu’il en soit, il y a de bonnes idées, même si le tout n’est pas transcendant ; Sérum, c’est donc un concept original, mais ce premier tome souffre très certainement de son statut de pilote de saison, qui n’a pas su me convaincre.

 

Sérum, saison 1, épisode 1. Henri Lœvenbruck & Fabrice Mazza. J’ai Lu, 2012, 188 p.
5/10.

Publicités
Cette entrée a été publiée dans Policier.

10 commentaires sur “Sérum, S1E1, Henri Lœvenbruck & Fabrice Mazza.

  1. Licorne dit :

    Oui, je leur accorde une bonne maîtrise du suspens, mais pour le contenu, beaucoup de clichés et une impression de déjà vu ! ma chronique le confirme également. Je m’arrête aussi au premier ! 

    J'aime

    • Sia dit :

      J’aurais dû lire ta chronique avant de me lancer, peut-être! Je dois dire que j’en attendais beaucoup de ces deux auteurs. Et là, trop de clichés, du coup, pas de suspens. J’avais deviné toutes les péripéties à l’avance, c’était très dommage. Tant pis!

      J'aime

  2. Frankie dit :

    J’ai beaucoup aimé ce premier tome (enfin épisode) mais je suis d’accord avec toi sur pas mal de choses ! 🙂 J’ai aussi trouvé le personnage de Lolo très cliché. Disons que quand on lit pas mal de thriller ou qu’on en regarde beaucoup, que ce soit en séries ou en films, le tout n’est pas très original. Mais l’histoire m’a assez intriguée pour que je lise le tome 2.

    J'aime

    • Sia dit :

      Oui, peut-être que j’ai lu ou vu trop d’univers de polar ou thriller. Je n’achèterai pas le 2, c’est sûr, mais s’il croise ma route, je le lirai pour voir ce que ça donne!

      J'aime

  3. Solessor dit :

    C’est une série qui attisait ma curiosité, de par son principe assez original ! Mais là, mon enthousiasme est un peu douché… j’étais déçue qu’ils ne l’aient pas à la médiathèque, maintenant, je me dis que ce n’est pas si grave 😉

    J'aime

    • Sia dit :

      Eh bien, le tome 1 est un peu faiblard, mais la suite est certainement meilleure. L’ennui, c’est que ça revient assez cher, au final (peut-être trop pour une bibliothèque!). Le roman feuilleton, c’est sympa comme concept, et c’est très dur de faire un tome 1 hyper percutant!

      J'aime

  4. Ton avis est très similaire au mien… Je n’ai vraiment pas accroché, et pourtant le concept de l’écriture par épisodes me plaisait bien (et pour cause, personnellement c’est comme ça que j’écris depuis des années, du coup ça me donne envie de retravailler mes textes pour les proposer à des éditeurs, mais passons ! ^^ )… J’ai trouvé les personnages trop stéréotypés, je ne me suis pas spécialement attachée aux héros, et j’ai trouvé que « trop de mystère tue le mystère », si je peux résumer ça ainsi… Bref, je suis passée très loin du coup de coeur ! et du coup je ne pense pas lire la suite.

    J'aime

    • Sia dit :

      Je dois dire que ton résumé est excellent : c’est précisément ce que j’en ai pensé. Dommage, parce que l’idée des épisodes me plaisait beaucoup!

      J'aime

  5. Marc Lef dit :

    J’avais lu un livre de Loevenbruck (une histoire autour d’un architecte du moyen-âge) mais j’avais été plutôt déçu par l’intrigue un peu simpliste…

    J'aime

    • Sia dit :

      Ah, je crois que je ne l’ai pas lu, celui-là, il ne me rappelle rien (ou alors je me suis dépêchée d’oublier). J’en ai lu d’autres du même auteur qui m’avaient beaucoup plus intéressée !

      J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s