Le Collectionneur, Strom #1, Benoît & Emmanuelle de Saint-Chamas.

strom-le-collectionneur-benoit-emmanuelle-de-sain-copie-1

Dans les sous-sols du Louvre, une société occulte œuvre pour protéger l’humanité : la confrérie des Chevaliers de l’Insolite. Elle préserve le secret de l’existence de mondes insoupçonnés, invisibles au commun des mortels. Aujourd’hui, l’organisation recrute la prochaine génération de chevaliers. Raphaël et Raphaëlle sont de ceux-là. Maîtrise des sciences paranormales, télépathie, lévitation, les jumeaux développent, en parallèle de leur vie de collégiens ordinaires, les capacités inexplorées de leur esprit. Désormais initiés aux pouvoirs du Strom, ils se lancent bientôt à la recherche d’un objet précieux, dérobé à la confrérie par un mystérieux collectionneur…

 

Raphaël et Raphaëlle, des jumeaux orphelins, sont élevés par leur parrain Tristan, journaliste, et mènent une vie de collégien des plus normales, en région parisienne. Amis, cours, famille, la routine est bien installée et personne, pas même les petites brutes du collège, n’arrivent à entamer leur optimisme. Près de leur douzième anniversaire, ils sont initiés à la mystérieuse confrérie des Chevaliers de l’Insolite, chargée de préserver le secret des mondes et créatures invisibles au commun des mortels.

Sur le fond, Le Collectionneur ne propose pas grand-chose de nouveau : des personnages auxquels le jeune lecteur est susceptible de s’identifier facilement (un garçon, une fille, tous deux orphelins, de surcroît), une organisation secrète, des pouvoirs surnaturels qu’il faut apprendre à maîtriser et une enquête à mener. Dans l’ensemble, la série n’est donc pas particulièrement originale, puisqu’elle se base sur un schéma très classique, et un concept déjà vu (l’école spéciale, les enfants élus parmi d’autres, l’ascendance glorieuse, etc.)

Pourtant, l’ensemble est très agréable à lire : Benoît et Emmanuelle de Saint-Chamas proposent une intrigue complète qui s’achève à la fin du tome (la série semble suivre le schéma un tome/une intrigue), avec des personnages bien pensés, et un univers travaillé. Les créatures invoquées, pour la plupart sorties de l’imagination des auteurs, sont originales (voire complètement loufoques, mais en accord avec l’univers), bien intégrées au récit et la nature de certaines sert à expliquer des phénomènes naturels bien connus. Ainsi, ces créatures étayent les activités de la confrérie : elles sont invisibles, font partie de notre monde, et la confrérie sert ici à mettre leur rôle en valeur. De ce point de vue-là, ce premier tome est donc très réussi.

Par ailleurs, les auteurs ont profité de leur roman pour intégrer un grand nombre d’éléments liés au folklore européen, ou à l’histoire mondiale, par petites touches ; la trame de l’intrigue, ici, repose en grande partie sur ces deux aspects. Ainsi, le Louvre, lieu mythique s’il en est, sert de base à la Confrérie – avec un peu de chance, les légendes qui sont attachées au lieu seront utilisées plus tard dans la série. J’ai apprécié la façon dont les auteurs jouent avec l’histoire, afin de la faire cadrer avec leur univers et leur mythologie : tous les éléments utilisés sont revus à travers le prisme de l’Insolite, et une explication « rationnelle », mettant toujours en scène la Confrérie, est apportée. L’univers mis en place est donc riche, et réfléchi.
De même, les protagonistes sont invités à résoudre, dans le cadre de leurs études, un certain nombre d’énigmes – pour la plupart assez connues – et le lecteur y réfléchit au passage, ce qui ne gâche rien. Le tout est rédigé dans un style fluide, accessible et très facile à lire ; l’intrigue est rythmée et, même si la résolution est assez simple, tout est cohérent. Cependant, les personnages manquent un peu de profondeur, et les relations entre personnages restent assez superficielles ; de même, certains éléments de l’intrigue sont un peu sommaires, et on voit assez rapidement comment le roman va s’achever. La narration ne manque pas d’humour, et on appréciera les nombreux jeux de mots qui émaillent le récit – sans le rendre trop lourd.

Le roman conjugue donc enquête (sur les traces du fameux collectionneur) et initiation (aux pouvoirs, pas les cours, notamment, et par l’apprentissage personnel) ; la mythologie est bien pensée et, si les personnages manquent un peu de profondeur, et l’intrigue d’un peu de complexité, l’ensemble reste très agréable à lire et à découvrir, et plaira très certainement aux plus jeunes.

 

Strom #1, Le Collectionneur, Benoît et Emmanuelle de Saint-Chamas. Nathan, 2011, 298 p.
7,5/10. 

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être…

la-pâle-lumière-des-ténèbres-a-comme-association-1-erik-l-homme

 

Publicités

4 commentaires sur “Le Collectionneur, Strom #1, Benoît & Emmanuelle de Saint-Chamas.

  1. Solessor dit :

    ça peut être sympa même si ce n’est pas exceptionnel… les jeux de mots et les énigmes m’attirent pas mal ^^ En plus, si c’est une intrigue par tome, on peut s’arrêter au premier sans enrager 🙂

    J'aime

    • Sia dit :

      Tout à fait! Même si, à la fin du tome 1, il y a une scène qui laisse entendre que ça va pas bouger dans la suite! Mais oui, on peut s’arrêter à la fin du tome 1, sans être frustré. Après, il ne faut pas oublier que c’est très certainement destiné à des lecteurs vers 9-12 ans, donc c’est peut-être pour ça que ce n’est pas très complexe.

      J'aime

  2. BlackWolf dit :

    Ce livre est dans ma PAL pour les moment ou j’aurai envie de lire quelkque chose de plus simple et d’efficace. Il a vraiment l’air intéressant même si je me doute bien il est jeunesse.

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s