Les Années oubliées, Merlin #1, T. A. Barron.

merlin-les-annees-oubliees-t-a-barron

Le jeune Emrys ignore tout de son identité. Ses premiers souvenirs remontent à l’âge de sept ans, lorsqu’il s’est réveillé sur une plage…
Une femme guérisseuse, Branwen, prétend être sa mère. Mais il refuse de la croire.
Aujourd’hui adolescent, Emrys est déterminé à découvrir qui il est. D’autant qu’il s’est mis à développer des pouvoirs hors du commun, qu’il ne parvient pas à contrôler.
Sa quête le mène sur la mystérieuse île de Fyncaria, peuplée de créatures aussi merveilleuses qu’inquiétantes.

 

Merlin ; tout le monde en a une image très différente, qu’elle soit issue des innombrables adaptations qui lui sont consacrées, ou de l’image qu’en a donnée Walt Disney. Avec cette saga, T. A. Barron nous propose de remonter aux origines du personnage, en explorant sa vie depuis sa prime jeunesse.

Le projet est ambitieux, et s’étale sur une douzaine de tomes. Dans ce premier opus, on découvre l’enfance de l’emblématique personnage, et les événements se déroulant aux altentours de sa douzième année.
Des rivages de Gwynedd à l’île bénie de Fincayra, les découvertes sont nombreuses, et le chemin non dépourvu d’embûches.

En s’appuyant sur les multiples récits autour de Merlin, T. A. Barron déploie une histoire fouillée. Tant et si bien que le début – jusqu’à la moitié, environ – est très long à démarrer, en raison de la volonté marquée de l’auteur de bien mettre tous les éléments en place. L’ensemble est très visuel, clair, presque didactique. Une fois que l’on a pris le parti de cette intrigue très contemplative, on peut profiter de l’histoire tissée autour des mythes. Ajoutant sa propre mythologie, il propose par exemple une flore particulière, ainsi que des personnages, ou des créatures originaux. Tout cela en collant d’assez près au mythe bien connu : ainsi, le père du jeune Emrys est considéré par ses pairs comme un démon, et sa mère n’est pas si bien vue que ça de la population de leur village.
Heureusement, T. A. Barron inclut son petit grain de folie dans ce schéma classique. Ainsi, loin d’être velu, le jeune Emrys (futur Merlin) est affublé d’une particularité physique qui le distingue du reste des enfants, et que je vous laisse découvrir. Cette particularité est parfaitement utilisée par l’auteur, qui a su intégrer ses modifications à son histoire.
De ce point de vue-là, le récit est donc très bien maîtrisé ; cette réinterprétation de la vie de Merlin est assez audacieuse, mais elle part plutôt bien.

La quête d’Emrys lui fait découvrir un certain nombre de contrées, qui sont autant de prétextes à l’exploration des grandes histoires et des hauts-lieux de la mythologie celte. On l’a déjà dit, le tout est très visuel : il y une quantité de détails incroyable, dont on suppose que la plupart sera réutilisée dans la suite, mais qui arrivent parfois au détriment de l’intrigue. On est tellement concentrés sur la description des contrées que l’intrigue se dilue parfois quelque peu.

Côté personnages, T. A. Barron propose un bel assortiment. Entre ceux tout droit issus de la légende et ceux purement inventés, il y a de quoi faire. L’auteur met minutieusement en place la psychologie de ses personnages, ce qui nous permet de nous familiariser avec eux.
En raison de la quête à accomplir, on ne peut éviter les passages héroïques, à l’avantage du jeune protagoniste : ils se marient plutôt bien à l’ensemble, et on n’a pas l’impression d’avoir affaire à une intrigue trop manichéenne. Même la scène finale en est dépourvue, et c’est bien agréable.

Au final, ce premier tome est un roman certes pas dénué de défauts, mais assez agréable à lire, en dépit des multiples longueurs dont il souffre, probablement dues à la nécessité de vouloir mettre trop de détails en place. Gageons que la suite sera aussi intéressante, un peu plus dynamique, et nous permettra d’en savoir un peu plus sur cette nouvelle version de la vie de Merlin!

 

◊ Dans la même série : Les Sept pouvoirs de l’enchanteur (2) ; L’épreuve du feu (3) ; Le Miroir du destin (4) ; Les Ailes de l’enchanteur (5).

 

Merlin #1, Les Années oubliées, Thomas Archibald Barron. Nathan jeunesse, janvier 2013, 359 p.
6/10.

 

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être…

dons-chroniques-rivages-ouest-u-k-le-guin

 

Publicités

6 commentaires sur “Les Années oubliées, Merlin #1, T. A. Barron.

  1. Avalon dit :

    Merlin est un personnage que j’aime vraiment beaucoup. J’ai lu beaucoup d’ouvrages qui lui sont consacrés. Celui-ci m’intrigue.

    J'aime

  2. Pauline dit :

    Pfiou, 12 tomes!!

    J'aime

  3. Lu' a lu dit :

    J’ai lu le tome 1 jusqu’au bout, mais je n’ai pas tellement accroché. Est-ce que la suite vaut le coup, ou si le T1 ne m’a pas emballée, la suite ne le fera pas ?

    J'aime

    • Sia dit :

      Tout dépend de si tu es très patiente, ou pas… l’histoire n’évolue guère et le style n’est pas franchement brillant, du moins dans mes souvenirs. Cette série a été loin du coup de cœur.

      J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s