Le Fils de la Lune, Le Puits des Mémoires #2, Gabriel Katz.

coupdecoeurle-puits-des-mémoires-2-le-fils-de-la-lune-gabriel-katz

 

Fuyant le royaume d’Helion où leur tête est mise à prix, Nils, Karib et Olen s’embarquent pour Woltan, sur les traces de leur identité. Pourquoi ont-ils assassiné le plus puissant roi du monde ? Dans leur quête de la vérité, ils vont découvrir un royaume fascinant, colossal, aux frontières des terres barbares. Mais leurs poursuivants n’ont pas abandonné la traque…
Pour les fugitifs sans mémoire, c’est l’heure des révélations, et de la plongée dans le grand nord, où leur vie ne tient qu’à un fil.

J’avais terminé le premier tome du Puits des Mémoires avec la furieuse envie de lire la suite. C’est donc chose faite, et je remercie vivement Livraddict et les éditions Scrinéo pour ce partenariat.

Le tome 1 nous avait laissé avec plein de questions et s’achevait sur la fuite en avant du trio. Le tome 2 commence fort peu de temps après, ce qui permet de faire le lien avec ce qui s’est passé précédemment.
Dans cet opus, on retrouve tout ce qui a fait le charme du premier tome. Rebondissements en tous genres et escapades rocambolesques sont à nouveau au programme, et au service de la quête d’identité qui se poursuit. Ce qui est admirable, c’est que Gabriel Katz parvient à maintenir le suspens, et à nous passionner pour cette quête, dont on aurait pu craindre qu’elle ne s’essouffle, faute de résultats. Mais la stratégie de Gabriel Katz est payante : plus l’heure de la révélation est repoussée, plus on se sent accro à cette recherche sans queue ni tête.
D’Helion à Woltan, en passant par les terres barbares, la fuite est autant le prétexte à la découverte de l’immense et puissant royaume, si différent d’Helion, qu’à la recherche de la vérité. Ainsi, en plus de nous laisser mijoter sur nos charbons ardents, Gabriel Katz nous fait découvrir les différentes facettes de son univers qu’il étoffe peu à peu. Au cours de cette (en)quête, les fugitifs penseront trouver plusieurs fois leurs identités respectives. On assiste donc à quelques passages savoureux où ils se dépêtrent dans leurs fonctions, tout en essayant de concilier les facettes de leur identité de fugitif, si familière et confortable, avec la personnalité qu’ils essaient d’incarner. Les décalages sont nombreux, et d’autant plus drôles.

Pourtant, ce tome est bien plus sombre que le premier. Les machinations, les complots et les trahisons sont plus nombreux et on touche à des éléments bien plus complexes, dangereux ou graves que dans le précédent opus, ce qui fait que l’humour est un peu moins présent (mais pas totalement absent non plus). Si, dans le tome 1, l’intrigue était un peu légère (puisqu’elle piétinait nécessairement), ici tout s’accélère. Les révélations se succèdent, faisant souvent bondir le lecteur. Accumulant les effets d’annonces, les fausses révélations et les cliffhanger échevelés, Gabriel Katz joue en maître des codes du récit. Le suspense est haletant, et plus d’une révélation feront hausser les sourcils du lecteur subjugué. Distillant les informations, jouant de la tension, l’auteur déploit son talent avec une intrigue qui ne peut que captiver le lecteur, dont le rythme cardiaque augmente dangereusement au fur et à mesure qu’approche la fin.
Celle-ci est magistrale. Tant et si bien qu’on la relit, incrédule, estomaqué avec, peut-être, un petit cri mêlant à l’incrédulité, l’indignation et la frustration. Autant dire qu’il faut absolument que le troisième tome arrive rapidement, sans quoi les lecteurs risquent de bouillir d’impatience.

Ce second tome est donc aussi bon que le premier, si ce n’est meilleur. Aux ingrédients qui ont fait la réussite du premier tome s’ajoutent une certaine gravité de ton et une complexité qui ne sont pas sans intérêt et étoffent parfaitement l’univers et l’intrigue. Au piétinement de l’enquête du premier tome succèdent des révélations fracassantes qui donnent un nouveau tour à la fiction, portée par un style toujours aussi fluide que précédemment. Le suspense étant consommé, on lit le roman d’une traite, sans pouvoir s’arrêter. Tout ceci présage du meilleur pour le dernier tome, que l’on attend désormais avec une impatience grandissante, pour ne pas dire fébrile. 

◊ Dans la même série : La Traque (1) ; Les Terres de Cristal (3).

Le Fils de la Lune, Le Puits des Mémoires #2, Gabriel Katz. Scrinéo Jeunesse, 2012, 402 p.
9/10.
Publicités
Cette entrée a été publiée dans Fantasy.

4 commentaires sur “Le Fils de la Lune, Le Puits des Mémoires #2, Gabriel Katz.

  1. Solessor dit :

    Quel enthousiasme ! Voilà une trilogie qui a l’air fort bien partie ! Tu m’avais déjà donné envie de lire le premier, voilà qui enfonce le clou ! 😉

    J'aime

  2. […] avoir couiné dans un train devant l’insupportable cliffhanger du Fils de la Lune, adoré Le Puits des Mémoires, apprécié Maîtresse de guerre et Aeternia (quoiqu’un […]

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s