Le Bouclier du Tonnerre, Troie #2, David Gemmell.

 

troie-2-le-bouclier-du-tonnerre-david-gemmell

 

 

 La guerre menace. Tous les rois de la Grande Verte se rassemblent, chacun dissimulant de sinistres plans de conquête et de pillage. Dans ce maelström de traîtrises, trois voyageurs vont faire osciller la balance : Piria, une prêtresse fugitive cachant un terrible secret ; Calliadès, un guerrier aux idéaux élevés et à l’épée redoutable; et son meilleur ami, Banoclès, qui se taillera une légende dans les combats à venir.
Ensemble, ils voyagent jusqu’à la fabuleuse cité de Troie, où les ténèbres viendront bientôt éclipser pour des siècles les triomphes et les tragédies des mortels ordinaires. Car l’époque glorieuse de l’âge du bronze n’est pas taillée pour les hommes, mais pour les héros!

En revisitant la mythique histoire de Troie, David Gemmell s’est lancé dans un projet ambitieux qui, à ce moment de la saga, tient toujours ses promesses. Cela étant, j’ai trouvé ce tome légèrement en-dessous du précédent.

L’alternance très rapide des points de vue du premier tome est remplacée ici par une alternance plus lente. Plusieurs chapitres d’affilée sont consacrés au même personnage. S’il est agréable de s’installer dans une sorte de routine contemplative, l’ensemble perd le dynamisme qui m’avait charmée dans le tome précédent. La faute, peut-être, au temps qui est ici traité différemment : les ellipses temporelles longues sont nombreuses, et les sauts dans le temps bien plus fréquents que dans le volume précédent. Le roman souffre, en plus, d’une différence dans l’écriture. Phrases moins travaillées, coquilles plus nombreuses, la qualité stylistique se dégrade quelque peu et rend la lecture un peu moins agréable. Ces petits points négatifs examinés, passons à ce qui plaît dans cet opus. Comme dans le tome précédent, David Gemmell offre des personnages très travaillés, complexes, attachants, et très agréables à suivre. Dans le tome 1, la fiction était portée par le trio Argurios/Andromaque/Hélicon. Si on n’abandonne pas totalement les personnages du premier tome, le devant de la scène est ici occupé par trois autres personnages: Piria, la prêtresse fugitive, Banoclès-une-Oreille et Calliadès, deux guerriers mycéniens renégats, tout aussi attachants que la jeune femme, respectivement pour leur gouaille naturelle ou leur droiture d’esprit – Calliadès se pose d’ailleurs en parfait successeur d’Argurios. Finalement, arrivée là, je me rends compte que j’aurais bien une autre petite récrimination : à part ces renégats, on ne suit pas vraiment d’opposant -et encore, les renégats changent bien vite de camp… Du coup, le roman semble quelque peu unilatéral. Depuis le revirement obligatoire d’Ulysse, on le voit beaucoup moins, et lui-même change totalement. De conteur un peu bonhomme, il renoue avec son passé de pillard sanguinaire. Comme si, d’avoir changé de bord, le rendait automatiquement méchant, de la même veine que les Kolanos et Agamemnon. C’est un peu dommage, parce que le roman prend une tendance manichéiste que le premier affichait moins.

Cela étant, David Gemmell parvient à maintenir une certaine tension tout du long du roman. On sait déjà qu’il s’est affranchi de certains points de la guerre de Troie : on attend donc, avec une certaine impatience mêlée à une grande curiosité, de savoir comment il va se débrouiller avec les nouveaux éléments introduits. Ce tome sert essentiellement à préparer le dernier, et la grande curée : si un doute persistait, on s’est clairement éloigné de L’Iliade et de l’Énéide. Reste à savoir comment Gemmell va orchestrer le passage obligatoire du Cheval de Troie – puisqu’ici, il désigne la cavalerie troyenne, menée par le glorieux Hector. Dans ce tome, on quitte l’univers des intrigues palatines troyennes, pour passer aux manigances stratégiques préparant la guerre, la vraie. Le tome est plein du bruit des batailles, et de la fureur des combattants. On assiste à encore plus de traîtrises, de revirements, et d’actes héroïques que dans le précédent opus. Pour moi, la palme revient à Halysia, la reine de Dardanie, qui fait preuve d’une force de caractère enviable : c’est un personnage effacé, mais très réussi. A côté de ces scènes de bataille, on trouve d’autres scènes, plus posées, permettant de survoler (rapidement), la vie de famille des couples formés dans le premier tome, mais ceci intervient vraiment comme toile de fond. On sent bien que, là, le propos a changé : il n’est plus question de raconter les destins personnels, mais de s’investir dans la guerre générale qui touche absolument tous les personnages.

En somme, ce second tome, malgré quelques petits ratés, reste très agréable à lire ; certains passages sont difficiles à abandonner, et on continue à tourner les pages, même lorsqu’on sent qu’on va aboutir sur une immense déception. L’auteur ne lésine pas sur les descriptions, qui mettent en place un cadre aussi glorieux que funeste, dans lequel ses personnages se débattent, englués qu’ils sont dans les rets du destin. Certains personnages quittent définitivement le rôle que la postérité a cristallisé (comme Hélicon, par exemple), alors que d’autres semblent entrer dans le droit chemin : Cassandre, petite fille effacée du tome 1 est devenue une adolescente torturée, qui fait peur à tout le monde. Dans un contexte tendu et éprouvant, l’auteur clôt magistralement ce tome. On le referme avec une seule envie, celle de mettre immédiatement la main sur le tome 3, pour connaître enfin le fin mot de cette histoire.

 

◊ Dans la même série : Le Seigneur de l’arc d’argent (1) ; La Chute des rois (3).

 

Le Bouclier du Tonnerre, Troie #2, David Gemmell. Bragelonne, 2008, 452 p.
8/10.

Lecture commune ! Retrouvez les chroniques de nekotenshi, Minidou, Luna & Ritw.

2 commentaires sur “Le Bouclier du Tonnerre, Troie #2, David Gemmell.

  1. Cassie dit :

    oh oh quand je l’emprunterai, je prendrai le tome 3 dans la foulée… 😉

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s