La Traque, Le Puits des Mémoires #1, Gabriel Katz.

la-traque-le-puits-des-mémoires-1-gabriel-katz

 

Trois hommes se réveillent dans les débris d’un chariot pénitentiaire accidenté en pleine montagne. Aucun d’eux n’a le moindre souvenir de son nom, de son passé, de la raison pour laquelle il se trouve là, en haillons, dans un pays inconnu. Sur leurs traces, une horde de guerriers, venus de l’autre bout du monde, mettra le royaume à feu et à sang pour les retrouver. Fugitifs, mis à prix, impitoyablement traqués pour une raison mystérieuse, ils vont devoir survivre dans un monde où règnent la violence, les complots et la magie noire.

La Traque s’ouvre sur le retour à la conscience de trois hommes qui, jusque-là, étaient enfermés dans des boîtes, elles-mêmes trimbalées sur un chariot pénitentiaire. A peine sortis, il faut se rendre à l’évidence : ils n’ont plus le moindre souvenir, ne se connaissent pas, ne savent plus qui ils sont. Quant à savoir où ils se trouvent, et pourquoi ils y sont, il ne faut pas y penser non plus. Suite à ce départ quelque peu surprenant, on s’installe confortablement pour suivre pas à pas les pérégrinations de l’improbable trio. Car pour une fois, le lecteur est aussi mal loti que les personnages, et n’en sait pas plus qu’eux.

A partir de là, tout part en vrille : les péripéties s’enchaînent et on a à peine le temps de souffler avec nos héros, qu’il leur faut déjà repartir vers de nouveaux horizons. On comprend peu à peu que leur fuite mobilise beaucoup de monde : tous les mercenaires sont sur les routes et une mystérieuse et toute-puissante armée étrangère leur court aussi après – sans que l’on sache pourquoi. Les questions des personnages sont aussi celles du lecteur, et c’est ce qui rend le roman si addictif : on doit savoir.

Toute cette histoire de fuite en avant pourrait sembler bien plate si la fiction n’était pas organisée autour de l’improbable trio formé par nos trois fugitifs. Entre Nils, l’ami présumé des cheveux, Olen, le tombeur au charme ravageur et Karib, l’inestimable mage découvreur de caves (un talent aussi rare que précieux, on n’en doute pas), on ne saurait dire qui est le plus loufoque ou le plus attachant. Leurs incompétences, maladresses et reparties sont drôles et apportent un décalage rafraîchissant. On pourrait étendre cet aspect à l’ensemble du roman : la plume de Gabriel Katz, en plus d’être efficace, est mordante et pleine d’ironie. Les tournures prêtent souvent à sourire et on se retrouve à ricaner bêtement à un certain nombre de saillies. Cette légèreté du ton se retrouve même dans les péripéties : ou bien la situation tourne au saugrenu (tout en restant vraisemblable), prenant un virage qu’on n’aurait pas soupçonné, ou bien des personnages bien installés viennent à disparaître subitement au détour d’un paragraphe – illustrant parfaitement l’adage selon lequel la vie tient à bien peu de choses. Les personnages progressent subtilement au cours de leur périple : leurs caractères s’affirment et s’affinent, et on commence à entrevoir ce qu’ils pouvaient être avant leur amnésie. Le tout est fait tout en délicatesse, au détour de quelques phrases bien placées et suggestives. Cette subtilité est un autre des points forts du roman : il y a beaucoup de suggestions et de sous-entendus. La violence, si scène violente il y a, est plus suggérée que simplement montrée. En quelques phrases vives et bien tournées, Gabriel Katz met en scène des situations aussi semblables qu’éprouvantes, sans que cela ne soit choquant, vulgaire, ou même terrifiant. Vous l’aurez compris, le style de ce monsieur est vraiment remarquable, et fait de La Traque un petit bijou!

Malgré un développement et une progression assez classiques, ce premier tome du Puits des Mémoires affiche donc un fort potentiel. Extrêmement bien écrit, mettant en scène un trio anti-héroïque et anti-romanesque au possible, vif, percutant et plein de mordant, on peut dire qu’il s’agit d’une belle réussite qui donne très envie de poursuivre la découverte avec le tome 2, qui vient de sortir. Il serait vraiment dommage de passer à côté de cet opus qui annonce une trilogie de qualité !

◊ Dans la même série : Le Fils de la lune (2) ; Les Terres de Cristal (3).

 

La Traque, Le Puits des Mémoires #1, Gabriel Katz. Scrinéo Jeunesse, 2011, 398 p.
8/10.
Publicités

10 commentaires sur “La Traque, Le Puits des Mémoires #1, Gabriel Katz.

  1. Liestra dit :

    Zuut! Je l’ai pris de sur son étagère en librairie cet après midi, puis reposé. Je m’étais dit « j’irai voir sur LA les avis avant de me lancer à l’acheter »^^ Tant pis, ça me donnera l’occasion de retourner faire mon rat de bibliothèque 😛 Ta chronique me donne vraiment envie de découvrir ce roman. J’aime quand il y a de l’humour dans un bouquin 😉

    J'aime

  2. minouche dit :

    En effet, le sujet m’a l’air passionant, et ta critique donne envie d’en savoir plus !!!

    J'aime

  3. licorne dit :

    Une chronique pareille ! ce livre vient de prendre place tout en haut de ma Pal ! Tu m’as convaincu ! 

    J'aime

  4. Solessor dit :

    Des anti-héros qui sortent de l’ordinaire, voilà qui est intéressant ! Je ne manquerai pas de le découvrir si je mets la main dessus 🙂

    J'aime

  5. voyageurgalactique95 dit :

    Ayant decouvert katz grace a toi je me jetterai des que possible sur cette trilogie :-*

    J'aime

  6. […] avoir couiné dans un train devant l’insupportable cliffhanger du Fils de la Lune, adoré Le Puits des Mémoires, apprécié Maîtresse de guerre et Aeternia (quoiqu’un poil moins que la première […]

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s