L’Histoire sans fin, Michael Ende.

 

histoire-sans-fin-ende

Bastien, un garçon de dix ans, déroba un jour un livre ancien qui le fascinait et se réfugia au grenier pour l e lire. Un livre pas comme les autres…Il y était question d’un pays fantastique où vivaient une toute petite impératrice, des elfes, des monstres, un garçon à la peau verte…Un pays menacé de mort et rongé par un mal étrange. Et voilà que Bastien, irrésistiblement entrait dans l’histoire, une histoire fantastique qui recommençait avec lui, L’Histoire sans fin…

 

Bastien, jeune écolier d’une dizaine d’années, victime des moqueries de ses camarades, dérobe un jour un livre ancien chez un libraire, persuadé que le livre n’attend que lui. Pris de remords, il ne peut quand même pas le rapporter… aussi s’enferme-t-il dans le grenier de l’école afin de pouvoir lire tout son soûl. Il découvre dès lors une histoire fantastique, impliquant un pays qui se meurt, rongé par le néant, et un jeune garçon désigné pour trouver la solution qui sauvera le pays. Inévitablement, le jeune Bastien, si mal dans sa peau, s’identifie au jeune Atréju, destiné à faire de grandes choses, et parti pour sauver son pays. Il s’y identifie d’autant mieux que, rapidement, l’intrigue offre de troublantes similitudes avec sa propre situation.

Le procédé de mise en abîme sert parfaitement le récit. Proposant de fréquents allers-et-retours entre la situation de Bastien, et celle d’Atréju, il permet de se laisser embarquer par l’histoire de ce dernier, tout en gardant un pied dans la réalité de Bastien. On suit donc avec entrain les aventures rocambolesques et pleines de poésie d’Atréju, qui ne doute de rien et fait découvrir son insolite monde.
Si l’on ajoute à cela la mise en page originale (qui différencie le récit se déroulant dans le monde réel de celui narrant les actions dans Fantasia), et les belles gravures qui ornent et illustrent les têtes de chapitre, par de délicats dessins en rapport avec le contenu, on comprendra que L’Histoire sans fin est un beau livre, agréable à lire et à regarder. Mais ce qui m’a le plus plu, c’est le jeu autour de l’alphabet qui gouverne l’ensemble du roman.Chacun des 26 chapitres qui le composent est initié par une lettrine pleine page, et le premier mot commence toujours par la lettre concernée. Ce qui, bien entendu, a pu poser quelques problèmes de traduction, heureusement résolus.

Cela étant, il faut avouer que la seconde partie du roman est bien plus fastidieuse que la première. Bastien n’est pas un personnage très charismatique, et s’avère même assez agaçant par moments, alors qu’Atréju porte agréablement le récit. L’un et l’autre offrent, quoi qu’il en soit, un intéressant duo et font du roman un récit  plaisant à lire, plein de magie et de poésie. Surtout, l’oeuvre de Michael Ende offre un plaidoyer passionné et passionnant pour le droit à l’imagination, à la fantaisie, et un droit au rêve. Un livre qu’il faudrait lire plus souvent ces derniers temps !

 

L’Histoire sans fin, Michael Ende. Le Livre de Poche, 2009 (1ère édition 1980), 498 p.
6/10.

 

 

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être…

stardust-gaiman

Publicités

2 commentaires sur “L’Histoire sans fin, Michael Ende.

  1. Flora dit :

    Honte à moi, je ne connaissais que le film (qui m’avait, soit dit en passant, un peu traumatisée petite). Le livre a l’air vraiment intéressant, tu en parles très bien ! Je note…

    J'aime

    • Sia dit :

      J’ai eu la surprise de trouver mon frère regardant le film qui est passé il y a quelques jours sur Gulli! A vrai dire, pas grand-chose à voir avec ce que j’avais imaginé des personnages… ravie que la chronique te donne envie de jeter un œil à ce classique de la littérature jeunesse allemande (honte sur moi à mon tour, je ne le connais pas depuis très longtemps!)

      J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s