Juliette forever, Stacey Jay.

   juliette-forever-stacey-jay
Oubliez Roméo qui se tue pour Juliette.
Oubliez Juliette qui se tue pour Roméo.
La vérité? Les deux amants sont devenus immortels… Roméo s’acharne à séparer ceux qui pourraient s’aimer, quand Juliette doit tout faire pour les réunir.
Entre les deux anciens amants tous les coups sont permis. Car l’amour a fait place à la haine. Pour toujours. Vraiment?

Juliette et Roméo, tout ça, c’est terminé. Parce que Juliette hait cordialement Roméo et que ce dernier essaye régulièrement de la tuer ce qui, évidemment, pose problème pour la légende de l’amour éternel. En même temps, quand on y réfléchit, sept siècles de chassé-croisé, ça laisse à chacun le temps de préparer ses armes.

Voilà l’idée de départ de Stacey Jay, et il faut reconnaître qu’elle est originale. Gardant toujours comme base le Roméo et Juliette de Shakespeare, elle brode autour une fable dans laquelle les deux amants sont passés de l’amour à la haine, séparés par une éternité de mensonge. L’univers qu’elle développe semble complexe et reste assez mystérieux ; nul doute que notre lanterne sera éclairée dans la suite. On assiste donc au conflit millénaire des Mercenaires de l’Apocalypse et des Ambassadeurs de Lumière, respectivement incarnés par Roméo et Juliette. Si l’idée est bonne et originale, le récit traîne en longueur et reste un peu trop léger. Entre les multiples tergiversations de l’héroïne et les divers serments d’amour éternel, l’action s’étire, malgré un excellent départ sur les chapeaux de roue. Les quelques scènes d’action ont, dès lors, du mal à contrebalancer ces longueurs, qui rendent la lecture un peu fade.

Mais le style de l’auteur est fluide et l’histoire point trop mal écrite, donc on continue de tourner les pages, pour en savoir plus. L’auteur a su éviter l’écueil de la classique histoire d’amour adolescente en intégrant à la quête de Juliette d’autres perspectives : maintien de l’amitié avec Gemma, amélioration de la relation entre Arielle et sa mère, questionnement sur la violence, etc. Tout cela contribue à maintenir la cohérence de l’intrigue, et à l’étoffer un peu – sans cela, le roman eût été bien creux. Et l’immense avantage, c’est que le roman revisite le mythe shakespearien des amants éternels, grâce à de nombreuses citations, et à la perpétuelle interrogation quant à la véracité des faits que le dramaturge expose dans sa pièce. Tout cela donne envie de s’y replonger, avec un regard neuf.

En somme, Stacey Jay nous offre une petite romance mignonne toute plein, revisitant agréablement l’œuvre de Shakespeare mais qui manque encore un peu de maturité et de profondeur. A lire pour découvrir, en espérant que la suite gagne en puissance et nous propose d’autres perspectives.

 

◊ Dans la même série : Roméo forever (2).

 

Juliette forever, Stacey Jay. Milan, 2012, 341 p.
6,5 / 10

 

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être…

silence-becca-fitzpatrick

6 commentaires sur “Juliette forever, Stacey Jay.

  1. K.Spécial dit :

    Au début j’étais plutôt septique sur ce roman… Puis après l’avoir terminé, je me suis dit qu’en fait j’avais bien aimé et que je voulais connaître la suite!^^

    J'aime

  2. Emi dit :

    Dommage, cela avait l’air prometteur !

    J'aime

  3. sybille dit :

    je ne connaissais pas du tout, l’idée est originale, dommage que ce ne soit pas assez poussé

    J'aime

Répondre à sybille Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s