Entre Chiens et Loups, Malorie Blackman

 

entre-chiens-et-loups-malorie-blackman

Imaginez un monde. Un monde où tout est noir ou blanc. Où ce qui est noir est riche, puissant et dominant. Où ce qui est blanc est pauvre, opprimé et méprisé. Un monde où les communautés s’affrontent à coups de lois racistes et de bombes.
C’est un monde où Callum et Sephy n’ont pas le droit de s’aimer. Car elle est noire et fille de ministre. Et lui blanc et fils d’un rebelle clandestin…
Et s’ils changeaient ce monde ?

Entre Chiens et Loups retrace la difficile relation entre Sephy, fille de ministre, noire, appartenant à la race dominante (les Primas) et Callum, fils d’un rebelle, blanc, appartenant à la race dominée (les Nihils). Dans ce monde où les rapports entre Primas et Nihils sont ceux de maître-esclave, Callum et Sephy n’ont pas le droit de s’aimer, ce qu’ils s’efforcent de faire tout de même, malgré les bâtons qu’on leur met dans les roues.
Le concept part certainement d’une bonne intention, mais la réalisation pèche: si Callum est un personnage sympathique et assez attachant, je l’ai trouvé assez peu réactif dans l’ensemble, notamment sur les mystères familiaux. Il reste trop souvent dans l’expectative, sans comprendre ce qu’il se passe et on a l’impression qu’il ne réfléchit pas vraiment sur ces aspects-là (alors que sur d’autres sujets, il carbure). J’ai regretté la disparition de Lynette, qui était également un personnage très attachant, et j’ai du mal à croire que l’agression qu’elle et son petit ami ont subie n’ait pas fait la une des journaux. Jude et Callum, pourtant déjà grands lors de l’affaire, semblent en ignorer les moindres détails, ce qui semble assez étrange et peu crédible. Sephy, quant à elle, m’a par moments profondément agacée par sa capacité à agir régulièrement de la pire des manières possibles, sans faire preuve de discernement et en restant assez égocentrée.

J’ai trouvé par ailleurs dommage que les personnages en soient réduits à utiliser le terrorisme pour se faire entendre, et dommage qu’il soit présenté comme la seule alternative: certes, Callum semble avoir des doutes mais ceux-ci sont au final assez peu nombreux et bien vite balayés. Enfin, la question du racisme, si elle semblait bien amenée, est traitée assez légèrement et sans grande nouveauté.

Cela étant, la lecture de ce livre reste très agréable; l’alternance de points de vue entre Callum et Sephy permet de mieux percevoir certains aspects de l’intrigue, et empêche la monotonie de s’installer. Les passages où leurs sentiments se répondent, alors qu’ils restent obstinément chacun de son côté font partie des meilleurs, tout comme ceux où ils réfléchissent à des plans dont le but est commun, sans le savoir.

En conclusion, c’est un roman dont la lecture m’a été très agréable, mais dont les problèmes profonds m’ont semblé trop légèrement abordés; peut-être aurais-je un autre avis, plus positif, en le lisant plus jeune!

 

Entre Chiens et Loups #1, Malorie Blackman. Editions Milan, 2005, 396 pages.
6,5/10.

Si vous avez aimé ce livre, vous aimerez peut-être…

Mon bel amour, de Jacqueline Woodson

 

Publicités

3 commentaires sur “Entre Chiens et Loups, Malorie Blackman

  1. Max dit :

    Premier commentaire que je peux réellement écrire étant donné que c’est le premier livre que tu critique que j’ai lu. Quand je l’ai lu, j’ai apprécié ce roman, ayant a la base un peu peur que la relation des deux protagonistes principaux mangent toute l’intrigue, au final je trouve la barque assez bien menée pour un Roman Young Adult avec des thèmes abordés intéressants, effectivement certains aspect aurait mérités plus d’attention, mais c’est un regret fréquent dans les romans que j’ai pardonné a ce titre. Je suis assez d’accord avec la critique dans le fond, et c’est bien écrit comme d’habitude.

    J'aime

  2. nanet dit :

    Comment ce livre peut-il rester avec un note si importante sur L@ ? C’est un peu la question qui me vient en lisant ton article, et constatant que tu es la 4° a en dire sensiblement la même chose : manque de profondeur…  C’est aussi ce que j’ai ressenti.  Biz    

    J'aime

    • Sia dit :

      Plus jeune, ça m’aurait peut-être davantage emballée… mais là, ça m’a manqué de quelque chose ! Je n’ai jamais lu la suite, il faudrait peut-être que je tente, à l’occasion.

      J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s