Hush, hush, Becca Fitzpatrick.

hush-hush-becca-fitzpatrick

Dans la ville brumeuse de Portland, Nora tente de mener une vie ordinaire depuis la mort violente de son père quelques mois plus tôt. Lors d’un cours de biologie, elle fait la connaissance de Patch, qui vient d’arriver en ville. Il est séduisant, mystérieux, toutes les filles en sont folles, mais la vie de Nora est déjà bien trop remplie. 
Comment Patch peut-il en savoir autant sur son compte ? Pourquoi se retrouve-t-il toujours sur sa route quand elle cherche à l’éviter ? Alors que les deux adolescents se rapprochent, Nora prend peur. Un inconnu masqué attaque sa voiture, sa chambre est fouillée, mise à sac ; et quand elle appelle la police, tout est miraculeusement rentré dans l’ordre. Sans le savoir, Nora est devenue l’objet de la guerre qui agite les anges déchus et les Nephilim. Et en tombant amoureuse de Patch, elle va découvrir que la passion peut être fatale.

Tout ça pourrait ressembler à du déjà vu. Une lycéenne, ni très jolie, ni très moche, maladroite, tombe raide dingue (sans le vouloir) du ténébreux bad boy qu’on lui colle à côté en classe.
Suite à un cours de bio (décidément!) où elle est séparée de sa meilleure amie, Vee (véritable catastrophe ambulante à la fois drôle et désespérante), elle est obligée de coopérer avec Patch, qui est aussi agaçant qu’insondable (en plus d’avoir un prénom pas vraiment glamour et des manières déplorables), et semble savoir tout sur tout, et surtout sur Nora. Ce qui, bien sûr, ne laisse pas d’agacer cette dernière.

Bon, alors, c’est un remake de toutes les productions actuelles surfant sur la tendance bit-lit-romance adressée aux jeunes adultes?
En fait, pas vraiment.
Certes, Nora est séduite par Patch qu’elle déteste tout à la fois, et semble attirer les agressions dès qu’elle met le pied en dehors de chez elle. Mais c’est une héroïne beaucoup moins agaçante que ses coreligionnaires. Elle essaie de passer inaperçu, de mener sa vie de lycéenne, et surtout de se reconstruire après l’assassinat de son père un an plus tôt… ce qui ne l’empêche pas de sortir avec sa meilleure amie, de faire du shopping, de s’amuser. Bref, de profiter de sa vie, en tentant de garder la tête froide (voilà qui change un peu!).

Le roman est beaucoup moins mièvre que d’autres œuvres du même genre, vu que Patch attaque directement en draguant Nora sans la moindre subtilité, et en plaçant autant de sous-entendus graveleux que possible. Et les personnages ne sont pas aussi naïfs et mous qu’ailleurs, sauf peut-être Vee qui est particulièrement insouciante, mais c’est justement ce qui fait son charme. La galerie de personnages, vifs et bien construits, sert donc très bien l’ambiance du roman, que l’auteur manipule à merveille (tantôt glauque, tantôt légère).

Les dialogues sont assez drôles, ou du moins pince-sans-rire, les personnages n’étant pas dépourvus d’humour (dans lequel on peut même noter une légère caricature des autres œuvres du même style). Si certains aspects ne sont pas tout à fait assez exploités, on peut espérer que le second tome rectifiera le tir. L’intrigue est intéressante et bien pensée, et a le mérite d’occuper un créneau pas encore exploité: les anges. Je regrette seulement le spoiler de la couverture (au demeurant splendide).

En définitive, c’est un roman qui se lit assez vite, avec l’envie de savoir comment cela va se terminer le plus vite possible. J’en garderai un très bon souvenir !

◊ Dans la même série : Crescendo (2) ; Silence (3) ; Finale (4).

Hush, hush, de Becca Fitzpatrick. Éditions Le Masque, 2010, 354 pages.
8/10

 

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :

frisson-maggie-stiefvater

Publicités

5 commentaires sur “Hush, hush, Becca Fitzpatrick.

  1. Emily dit :

    C’est vrai que c’est assez sympa, malgré de grosses ressemblances avec Twilight and co.

    J'aime

  2. Wendy&Belle dit :

    cette saga me tente pas mal. En revanche Frisson… Arg, qu’est ce qu’il m’a énervé x)

    J'aime

  3. […] Hush, hush, j’étais assez curieuse de retrouver Becca Fitzpatrick qui, si elle explore le thriller […]

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s