La Délicatesse, David Foenkinos.

la-délicatesse-david-foenkinos

« François pensa : si elle commande un déca, je me lève et je m’en vais. C’est la boisson la moins conviviale qui soit. Un thé, ce n’est guère mieux. On sent qu’on va passer des dimanches après-midi à regarder la télévision. Ou pire : chez les beaux-parents. Finalement, il se dit qu’un jus, ça serait bien. Oui, un jus, c’est sympathique. C’est convivial et pas trop agressif. On sent la fille douce et équilibrée. Mais quel jus ? Mieux vaut esquiver les grands classiques : évitons la pomme ou l’orange, trop vu. Il faut être un tout petit peu original, sans être toutefois excentrique. La papaye ou la goyave, ça fait peur. Le jus d’abricot, c’est parfait. Si elle choisit ça, je l’épouse…
– Je vais prendre un jus… Un jus d’abricot, je crois, répondit Nathalie. Il la regarda comme si elle était une effraction de la réalité ».

La Délicatesse, un roman dont on entend beaucoup parler en ce moment, ne serait-ce que parce qu’il vient d’être adapté en film.

Pour une fois, je trouve que le titre est bien choisi : c’est un roman délicat sans être trop chamallow, et souvent drôle – surtout à cause des petites notes de bas de pages totalement incongrues et des listes tout aussi étranges, mais dont on ne voit pas toujours bien en quoi elles soutiennent le propos.

Le récit de l’histoire de Nathalie et François permet de mieux appréhender la suite, dans toute sa bizarrerie. Après tout, il s’agit de l’histoire d’une femme qui, sur un coup de tête, embrasse un de ses collaborateurs totalement inconnu, inculte en matière de femmes, et pas vraiment l’archétype du beau gosse du coin… ce qui débouche tout de même sur une histoire pour le moins chaotique. C’est justement cela qui en fait un roman léger, un roman qui se lit sans faim mais avec une certaine impatience: celle de connaître la suite, et l’aboutissement de l’histoire!

Pas le genre que je préfère mais c’est un roman idéal pour se vider l’esprit, se changer les idées, tant l’histoire est simplissime (voire un peu trop creuse à mon goût) et le style sans difficulté aucune. A emmener en vacances, à la plage, ou à offrir !

Merci à Enlivrons-nous, qui m’a prêté ce livre.

 La Délicatesse, David Foenkinos. Editions Gallimard (collection Blanche), 2009, 200 p ; Editions Gallimard (collection Folio), 2011, 209 p.
6/10.

 

Publicités

2 commentaires sur “La Délicatesse, David Foenkinos.

  1. Emily dit :

    Ah, finalement tu as bien aimé ! ça te donnera peut-être envie de voir le film, qui est vraiment sympathique.

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s