El último lector, David Toscana

el-ultimo-lector-david-toscana

 Au nord du Mexique, la sécheresse frappe le village d’Icamole. C’est là que Lucio, devenu bibliothécaire par la grâce d’un projet gouvernemental, nage dans un océan de fiction. Il lit chaque titre avec fureur ou délectation, laissant à tout moment les récits empiéter sur la réalité. Quand son fils lui révèle qu’il a découvert le cadavre d’une fillette dans son puits, c’est dans la littérature qu’il cherche une explication. N’est-elle pas l’héroïne de la Fille du télégraphiste ? Ou la Babette d’un célèbre roman ? L’enquête policière tourne autour des révélations du bibliothécaire et éveille la curiosité de la mère de l’enfant, grande lectrice elle aussi… Un roman jubilatoire, où toutes les interrogations sur les enjeux de la fiction nous ramènent à la grande tradition du réalisme magique sud-américain des Garcia Marquez ou Juan Rulfo.

 À Icamole, il n’y a pas d’eau. En revanche, il y a des livres. Car par la grâce d’un projet gouvernemental, le petit village mexicain perdu dans son désert dispose d’une remarquable bibliothèque,à défaut d’un système d’irrigation digne de ce nom. Administrée par son non moins remarquable bibliothécaire, Lucio, la bibliothèque se dresse fièrement dans le patelin… sans toutefois attirer les foules. En fait, Lucio est même le seul lecteur de son établissement. Car les habitants n’ont que faire d’une bibliothèque: ce qu’ils veulent, c’est de quoi ne pas mourir de soif, car tous les puits sont à sec. Tous? Non, pas celui de Remigio, le fils de Lucio. C’est d’ailleurs dans ce puits qu’il retrouve le corps d’une petite fille inconnue.

Sur les conseils de son père, qui a beaucoup lu, il enterre la petite fille sous son avocatier, comme le personnage principal de La Fille du télégraphiste, un roman que le père de Remigio a justement beaucoup apprécié. Car Lucio, en bon bibliothécaire qui se respecte, lit beaucoup. Uniquement de la qualité. A la moindre contrariété stylistique, le livre passe au pilon.Cette grande expérience de la littérature et la somme de ses lectures en viennent à altérer son rapport au quotidien. Tout naturellement, la petite morte cesse d’être une enfant disparue de la cité mexicaine voisine; elle est Babette, le personnage éponyme d’une tragédie sur la révolution française que Lucio a placée au panthéon de ses lectures.

C’est un livre dont la lecture m’a beaucoup plu : certes, Lucio est un peu bizarre, avec sa manie d’entremêler des éléments de fiction à la réalité, mais il n’en est que plus attachant. Les descriptions sont fabuleuses, à tel point qu’on s’y croirait: l’avocatier de Remigio, la façade décrépie de la bibliothèque, les trilobites et la petite chapelle, tout y est.
C’est un roman un peu étrange mais agréable à lire, que rappelle d’autres grands noms de la littérature latino-américaine tout en s’en démarquant nettement. L’intrigue policière est vraiment mineure car c’est beaucoup plus qu’un roman policier.

Un roman multiple, qui nous perd avec ses oscillations entre fiction et réalité, mais qui n’en est que plus remarquable !

 

 El último lector, David Toscana. Editions Zulma, 2009; 224 pages.
8/10

Si vous avez aimé, vous aimerez peut-être :

cent-ans-de-solitude-marquez

Publicités

4 commentaires sur “El último lector, David Toscana

  1. Je viens de l’acheter : o/ Sur la fiche du livre sur LA j’ai vu que tu l’avais chroniqué, alors je me suis dépêchée de lire ton avis et ouf, tu me rassures dans mon choix 😉 Et puis franchement, les éditions Zulma… Magnifique ! ❤

    J'aime

    • Sia dit :

      J’ai moi aussi un petit faible pour les éditions Zulma… j’ai noté ce titre pendant une présentation dans une bibliothèque par l’éditrice elle-même, il m’avait vraiment donné envie. Et franchement, j’ai adoré !

      J'aime

  2. stellade dit :

    Je l’ai trouvé à la médithèque pas hasard. Merci pour ton avis qui va m’aider à le finir! car c’est vrai que ce Lucio « n’est pas tout seul » 

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s