Un ami en danger, Isabelle Giafaglione.

 

Un-ami-en-danger-Giafaglione.jpg

 

 

À peine Alexis a-t-il mis le pied à Marseille qu’il déteste déjà la ville. Des bagarres au fond de la cour au trafic de drogue, du racket à la criminalité organisée, de la mauvaise organisation des transports en commun au minuscule appartement où il doit vivre avec sa mère et sa tante, tout l’éloigne du confort auquel il était habitué avant le divorce de ses parents.

Alors qu’Alexis découvre peu à peu la gentillesse et l’humour cachés derrière le sarcasme de ses camarades, tout bascule : l’un de ses amis, un jeune Moldave sans-papier, est arrêté par la police et va être expulsé. Mettant tout en œuvre  pour éviter le pire, Alexis découvre alors une réalité qu’il ne soupçonnait pas, les difficultés et menaces qui pèsent sur ces immigrés en quête d’une vie meilleure.

 

 

 

J’ai reçu ce livre dans le cadre du Masse Critique Jeunesse, et ce fut une bonne surprise!
Le thème, pas forcément facile à aborder (il est question de sans-papiers clandestins et leur avenir en France), est ici très bien retranscris.

L’aventure est vue du point de vue d’Alexis, collégien débarquant de Bangkok où il menait avec ses parents une vie plus que confortable. L’arrivée à Marseille lui offre un dépaysement garanti: il découvre les quartiers plutôt mal famé, la faune adolescente qui peuple son nouveau collège, et la misère qui règne partout.
La situation difficile dans les classes est bien retranscrite, et se double du problème d’un adolescent sans-papiers; arrêté en plein cours, il est redirigé vers un centre de rétention avec toute sa famille avant d’être expulsé.

La grande force du roman, c’est qu’il ne se concentre pas sur cet unique problème. Evitant les péripéties trop tirées par les cheveux, l’auteur évoque dès le départ les réseaux de mendicité organisés par les passeurs, comme ça on n’assiste pas subitement à la descente aux enfers de Florin; le dénouement est préparé dès le début du roman.

J’ai beaucoup aimé l’idée d’intercaler des extraits de blogs et articles de journaux au récit; ils permettent ainsi de l’ancrer dans la réalité, et permettra peut-être à un enfant de mieux évaluer la situation. Par ailleurs, suivant le personnage que l’on suit (Alexis, Florin, ou la jeune mendiante), le ton et le niveau de langage changent; c’est assez subtil et accompagne vraiment bien la lecture, rendant d’autant plus le problème de la barrière de la langue  – c’est d’autant plus vrai concernant la jeune mendiante, les mots lui manquent, et elle ne peut pas toujours tout exprimer.
Le côté un peu rocambolesque du sauvetage de Florin, s’il peut nous paraître peu vraisemblable, apporte au récit la petite dose d’optimiste strictement nécessaire, évitant qu’il ne tourne à la condamnation pure et simple de la situation (même si c’est peut-être le but).

En bref, c’est un très bon roman sur la question des clandestins en France, très actuel, porté par un style fluide et très accessible. A mettre entre toutes les jeunes mains!

 

 

  • Un Ami en danger, Isabelle Giafaglione.
  • Editions du Jasmin, 2011. 224 pages.
  • Littérature jeunesse.
  • 7/10.

 

 

  Lu dans le cadre du masse critique

 

 

Publicités

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s