Les Temps qui viennent, Bérengère de Bodinat.

les-temps-qui-viennent-bérengère-de-bodinat

Paris, juin 2010 – création d’un service spécial, ORV, rattaché au Ministère de l’intérieur, destiné à élucider, contrôler et contenir les affaires étranges voires paranormales, qui se multiplient à l’aube du nouveau millénaire.
21 juin – Mise en scène macabre dans le tunnel de l’Alma : une ex top model est retrouvée assassinée en robe du soir, entourée de lys blancs, attachée au treizième pilier…Consignes de discrétion, black out sur le fait divers.
Les deux experts d’ORV, Arielle de Thal, historienne des religions et de la sorcellerie, et Dante Ibozu, scientifique atypique et touche à tout, mènent l’enquête avec l’aide de Balthus, jeune voyant connecté avec l’âme des ordinateurs, le cristal de solicum relié à tous les cristaux de la planète.
Autour de l’affaire de l’Alma, les faits étranges s’accumulent, forces noires, monde parallèle inquiétant, sombre reflet des prophéties sur les Temps qui viennent…

Ne tenez pas compte du résumé ci-dessus : il est bien en deçà de la vérité.

J’ai reçu ce livre dans le cadre du masse critique de la rentrée, alléchée par la mention thriller ésotérique. Pour résumer, l’adage « l’habit ne fait pas le moine » devrait convenir ici, quoique je ne sache pas exactement par où commencer…

Loin d’être axé sur l’enquête policière, le roman développe au contraire pléthore de thèmes : le thriller annoncé n’en est pas véritablement un, ou alors l’énigme est bien trop délayée. L’ésotérisme, en revanche, est bien présent, voire peut-être même un peu trop : l’auteur a manifestement choisi de le représenter sous toutes ses formes possibles.
En bref, on y retrouve un grand-maître franc-maçon manipulateur (classique), des sociétés secrètes (ordinaires), des satanistes (banal), le complot autour du décès de Lady Di, des histoires secrètes à tout va et à tous les niveaux, des secrets liés à la magie, la sorcellerie ou encore l’alchimie, des visions dans le temps, de la télépathie (et donc tous les mediums et  astrologues qui vont avec), des questions de manipulations génétiques, de contrôle mental ou encore des personnalités multiples…. et bien sûr, un complot planétaire mâtiné d’extraterrestres par-ci par-là (on frise le traditionnel).

Avec un foisonnement de thèmes aussi variés que disparates, il devient difficile de suivre sereinement le cours de l’histoire tant les péripéties sont nombreuses, peu cohérentes – et peu vraisemblables.
L’intrigue, si intrigue il y a, ressemble plus à une juxtaposition de faits potentiellement énigmatiques et/ou angoissants qu’à un véritable cheminement dans la fiction.

Le style de l’auteur n’aide d’ailleurs pas : très (trop) métaphorique, il mêle constamment le vrai et le faux. Les phrases sont excessivement longues et peuvent passer du coq à l’âne en un instant; quant au récit de pensées de la narratrice, les incessantes digressions qu’elle propose –sûrement très intéressantes d’un point de vue purement spirituel –servent plus à perdre le lecteur qu’à le faire avancer.
Elle n’en est que plus agaçante : la tête dans les nuages, obnubilée par les signes, les symboles et les machinations, elle n’est ni crédible ni attachante et passe à côté de ce qui aurait pu être réellement important. Je passe sur le background  complètement improbable des autres personnages, qui ne sert qu’à décrédibiliser l’ouvrage. Passons sur le terroriste vaguement repenti devenu membre de la CIA & NSA (les effectifs devaient gravement manquer le jour d’embauche), mais le réparateur d’ordinateurs aux pouvoirs magico-mystiques a du mal à s’ancrer dans la réalité.

Les digressions perpétuelles de l’enquêtrice et les actions globalement étranges des personnages (dues manifestement à la quantité astronomique de secrets familiaux  que tout un chacun traîne derrière lui) cassent complètement la dynamique du récit et introduisent des longueurs qui rendent la lecture longue et difficile.

En définitive, un livre qui n’a trouvé aucun écho chez moi, en raison sûrement du collage de thèmes trop hétéroclites, du style métaphorique et de l’absence d’intrigue réellement centrale.

 

 Les Temps qui viennent,  Bérangère de Bodinat. Pascal Galodé Editeurs, 2011, 685 pages.
2/10

 

Si vous avez aimé ce livre, vous aimerez peut-être…

Publicités

2 commentaires sur “Les Temps qui viennent, Bérengère de Bodinat.

  1. Emily dit :

    C’est fou ce que ça fait envie ! Quelle déception, ces résumés trompeurs !

    J'aime

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s