FEIST, Raymond Elias & WURTS, Janny. La Trilogie de l’Empire #2 – Pair de l’Empire.

 

pair-empire.jpg

 

 

Mara des Acoma, souveraine de sa maison, s’est imposée comme une force à part entière au sein des clans et comme une adroite joueuse au jeu du Conseil, qui régit la politique de l’Empire de Tsuranuanni. A présent, Dame Mara doit mener la bataille sur deux fronts : le foyer d’intrigues et de trahisons qu’est la cour des Tsurani, et son propre cœur, qui brûle d’affection pour Kevin, un esclave barbare venu du monde ennemi de Midkemia pour combattre dans la guerre de la Faille. Cet homme l’initie aux plaisirs de l’amour, mais la pousse également à remettre en question ses principes de vie… En outre, lorsque cet esclave se révèle un habile tacticien rompu à l’art de la guerre, Mara ne tarde pas à l’impliquer dans ses luttes politiques. Car la Dame des Acoma va devoir affronter un ennemi ivre de vengeance, prêt à tout pour anéantir tous ceux qu’elle aime…

 

 

Ce second tome retrouve Mara en proie à ses difficultés, prise entre les Minwanabi et d’autres adversaires, à nouveau chef de famille et avec un enfant en bas âge à protéger des assassins.


La nouveauté ici, c’est que des esclaves provenant du monde de Midkemia font leur apparition ; curieuse de nature, Mara en achète pour le domaine et ne tarde pas à rencontrer parmi eux une forte tête, Kevin. Ce personnage haut en couleurs est très atypique dans l’environnement tsurani, et n’en respecte absolument pas les codes. Pire, il les transgresse allègrement et fait preuve d’une effronterie éhontée !

Son point de vue irrévérencieux –qu’il n’hésite pas une seule seconde à faire partager, envers et contre tous – est assez rafraîchissant dans le contexte et le choc des cultures tsurani et midkemianne offre de savoureuses situations. Les « duels » entre Kevin et Mara sont fréquents, jusqu’à ce que les propos de l’esclave intéressent de plus près sa maîtresse qui saura les utiliser à bon escient dans le Grand Jeu du Conseil pour renforcer sa position et affaiblir celle de ses ennemis. L’évolution est lente mais la stratégie payante !


Dans ce second tome, l’intrigue ainsi que les jeux de pouvoir se complexifient et la fiction nous fait plonger au cœur des alliances et machinations des seigneurs, au détriment peut-être des rebondissement et retournements de situations qui semblent parfois plus dus à la chance qu’à l’aboutissement d’une machination longuement et soigneusement préparée par Mara, comme précédemment. En revanche, les scènes d’action effrénées et le suspens intenable sont d’autant plus présents, et c’est appréciable ! L’humour est aussi peu présent que dans le premier tome, mais cela ne gâche pas la narration, tant les événements créent une tension qui reste palpable jusqu’à la fin.


Contrairement à ce qu’on pourrait croire, le récit n’est pas uniquement centré sur la maison Acoma ; les adversaires ont aussi leur place et le soin qui leur est apporté renforce la narration. On finit par les admirer pour leurs qualités tactiques et leur esprit stratégique, bien qu’ils représentent la faction opposée. J’ai donc apprécié que les adversaires occupent une grande part du récit, les rendant d’autant plus crédible. Et le fait que le titre de l’opus soit pleinement justifié –tout comme dans le premier tome –ne gâche rien du plaisir de lecture.


Cependant, l’éviction des barbares en général et de Kevin en particulier se fait trop rapidement et facilement à mon goût. Certes, Mara cherche à les libérer et à renvoyer Kevin dans son monde natal depuis un certain nombre de chapitres, mais la proclamation impériale arrive trop à-pic et survient trop brutalement; ce personnage central semble être supprimé de la scène simplement pour le confort du récit.
Je ne désespère pas toutefois de les retrouver dans le tome suivant!
Plus dur, plus complexe, et plus impitoyable, ce tome poursuit parfaitement la ligne dessinée dans   Fille de l’Empire; un roman que je recommande, tout comme le premier!

 

  • Raymond E. Feist et Janny Wurts. La Trilogie de l’Empire #2; Pair de l’Empire.
  • Editions Bragelonne, 2004, 602 pages.
  • Fantasy.
  • 8/10.

Retrouvez ici la chronique du tome 1, Fille de l’Empire.

Publicités
Cette entrée a été publiée dans Fantasy.

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s